rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Chronique des Matières Premières
rss itunes deezer

Le charbon polonais fait échouer la réforme du marché européen de l'électricité

Par Claire Fages

La COP24, le sommet climat de l'ONU se poursuit en Pologne, à Katowice. Mais c'est à Bruxelles que le charbon polonais vient de faire échouer la réforme du marché européen de l'électricité.

Depuis que le président Andrej Duda s'est écrié « je ne laisserai personne assassiner le charbon polonais », mardi dernier, devant les mineurs de son pays, ce combustible fossile est dans tous les esprits des participants au sommet climat de l'ONU, que la Pologne accueille à Katowice. Le chef de l'Etat polonais y a plaidé pour une transition énergétique « juste » qui tienne compte de la dépendance actuelle du pays est-européen au charbon. Mais c'est à Bruxelles ce jeudi, que le charbon polonais a barré la route à une réforme, celle du marché européen de l'électricité.

550 grammes de CO2 par kW/h maximum

Cette réforme appartient au « paquet énergie propre » présenté par la Commission européenne il y a plus de deux ans. Une réforme qui bute en particulier sur la résistance des Etats à abandonner les subventions aux centrales électriques nécessaires aux pics de consommation, ce qu'on appelle les « mécanismes de capacité ». Or ces capacités d'appoint tournent majoritairement au gaz et au charbon. Pour respecter les engagements climatiques de l'Union européenne, la Commission a donc proposé de limiter les émissions de ces capacités subventionnées à 550 grammes de CO2 par kilowattheure... Mais cela exclut de fait les centrales à charbon, qui sont les centrales d'appoint en Pologne, où 84 % du courant est produit à partir de charbon.

Subventions au charbon jusqu'en 2035 ?

Véto du représentant polonais, qui a invoqué des enjeux de sécurité juridique pour les compagnies énergétiques. Désormais le Conseil des ministres européens de l'Energie défend donc indirectement des subventions au charbon au moins jusqu'en 2035, alors que la Commission européenne voulait y mettre fin dès 2030. Les négociations devraient reprendre mardi prochain au sein du trilogue, entre représentants de la Commission, du Conseil et du Parlement européen. Mais le véritable problème n'est pas réglé : comment aider la Pologne, qui doit répondre à une demande croissante d'électricité, à se passer du charbon. Eurelectric, l'organisation européenne du secteur, a calculé que les investissements nécessaires pourraient se monter à 150 milliards de dollars dans les 25 années qui viennent.

Dieselgate, Russie et spéculation derrière le record des prix du palladium

Blé américain et bœuf brésilien au menu de la visite de Bolsonaro à Washington

Israël se lance dans l'exportation de cannabis médical avec de grandes ambitions

Géants de l'or: Newmont refuse l'offre de Barrick jugé trop exposé en Afrique

La Côte d'ivoire veut tripler sa production d'huile de palme sans déforester