rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • ND de Paris: rebâtir la charpente en bois est «probablement la bonne solution», estime un des architectes en charge de sa restauration
  • Télécommunications: Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Mike Pompeo
  • Présidentielle au Malawi: le chef de l'Etat sortant Peter Mutharika en tête (résultats officiels partiels)
  • La justice européenne rejette le pourvoi de Mme Le Pen qui contestait le remboursement de 300 000 euros au Parlement européen
  • Le gouvernement britannique repousse le vote des députés sur son nouveau projet de loi sur le Brexit prévu début juin
  • Mondiaux d'athlétisme au Qatar : Nasser Al-Khelaïfi, patron du PSG, mis en examen pour « corruption active » (source judiciaire)
  • Décès de la Britannique Judith Kerr, auteure du célèbre «Tigre qui s'invita pour le thé», à l'âge de 95 ans (maison d'édition)
  • Contraint de se passer d'Android, Huawei prépare son propre système d'exploitation pour la fin de l'année (CNBC)
  • États-Unis: une tornade fait trois morts à Golden City dans le Missouri (autorités)
  • Huawei: «protestation solennelle» de Pékin auprès de Washington (ministère)
  • France: la loi Pacte prévoyant la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) a été promulguée (Journal officiel)
  • Commerce international: la Chine déclare attendre de la «sincérité» des États-Unis avant de reprendre les négociations
Aujourd'hui l'économie
rss itunes deezer

UFC-Que choisir porte plainte contre Western Union et MoneyGram

Par Aabla Jounaïdi

L'association française de défense des consommateurs UFC-Que Choisir s'attaque à deux mastodontes : Western Union et MoneyGram. Les deux leaders du marché des transferts internationaux pratiquent en effet des tarifs prohibitifs, en particulier pour les sommes envoyées en Afrique. Le constat n'est pas nouveau mais l'UFC-Que Choisir a décidé de porter plainte auprès de la justice française pour « pratiques commerciales trompeuses ».

Ce n’est pas une découverte. La politique des prix des deux leaders mondiaux du transfert d’argent est bien documentée. En 2014, un rapport de l’ONG britannique Overseas Development Institute disait que les frais facturés par Western Union dépassent la moyenne mondiale de 7,8% du montant envoyé et 15% pour MoneyGram.

Mais en Europe, nous dit UFC-Que Choisir, la France se distingue. Un migrant d’origine marocaine qui voudrait envoyer depuis la France une somme dans son pays d’origine paiera 16% de plus que depuis un autre pays européen. Ainsi, pour un envoi de 170 euros, la facture s’élève à 11,40 euros. Pour l’Algérie, c’est deux fois plus ! Alors qu’il s’agit des deux premières destinations des fonds en provenance de la France.

Un prix difficilement explicable

Des marges très intéressantes pour les leaders mondiaux qui contrôlent les deux tiers du marché mondial. Les deux géants américains sont accusés de profiter de leur position dominante pour appliquer des frais très importants. Le défunt Koffi Annan avait même parlé de « super-racket » puisque 1,85 milliard de dollars destinés à l’Afrique se perdent en divers frais facturés. UFC-Que Choisir insiste sur les frais sur le change.

Si les frais forfaitaires sont affichés en guichet ou sur le site, les frais de change eux ne sont mentionnés nulle part avant la transaction. Or, ils représenteraient un quart du coût total ! 110 millions d’euros rien que pour la France.

C’est autant d’argent qui échappe aux poches des populations destinataires. Western Union assume : elle précise qu’elle achète des devises aux taux interbancaires et offre à ses clients des taux moins intéressants. Mais c’est nécessaire, pour pouvoir financer ses investissements et améliorer le service.

Encore faudrait-il clairement en indiquer le montant !

Une marge de manœuvre délicate

Ces dernières années, Western Union et Moneygram ont été interpelés, notamment par le G20, entrainant une légère baisse des frais. Mais Il est facile de se rattraper sur les fameux taux de change pour préserver de confortables marges. Ce qu’il faudrait, c’est de la régulation, mais avec cette plainte au pénal de l’UFC-Que Choisir, on comprend que le combat pour plus de transparence est encore une gageure.

Au début du mois, le Parlement européen a voté en faveur d’un encadrement des transferts d’argent entre les pays européens. Mais entre l’Europe et le reste du monde, c’est encore le statu quo.

Des concurrents qui peinent à rivaliser

Difficile de rivaliser vraiment avec la présence tentaculaire de Western Union... Son réseau qui compte près de 40 000 guichets flanqués de jaune et noir sur le continent africain ne disparaîtra pas de sitôt. Tant que la majorité n’aura pas accès à un compte bancaire, cette offre sera incontournable.

Mais les mécontents de Western Union et consorts montrent leur intérêt pour de nouveaux acteurs apparus ces dernières années avec l’essor du numérique, et du mobile qui se passe de présence physique et donc de frais fixes importants.

UFC-Que Choisir cite l’exemple de Transferwise, qui a déjà 3 millions de clients à qui elles proposent des comptes multidevises pour réaliser des opérations de change au taux du marché dans plus de 40 monnaies étrangères.

WorldRemit, une start-up britannique, affiche elle, des commissions limitées de 4 % à 5 % du montant envoyé. Et puis, il y a des acteurs africains qui proposent une diversité de services : du porte-monnaie électronique à l’envoi d’argent sous forme de biens de consommation et de services... le « cash-to-goods ».

En attendant que la plainte aboutisse - ou pas - l'UFC-Que Choisir renvoie vers un guide pratique pour bien se repérer dans la nébuleuse des transferts d’argent : on peut le trouver sur son site internet.

Paradoxe des 28: leurs économies convergent tandis que leurs régions divergent

Travail: attente du verdict dans l’affaire des travailleurs marocains détachés

Qui sont les perdants de la surenchère protectionniste entre la Chine et les États-Unis?

Ebola: à qui profitent les «obligations pandémies» de la Banque mondiale?

Le durcissement des sanctions américaines ne mènera pas les exportations iraniennes à zéro

En Argentine la rue et les marchés sanctionnent les échecs du président Macri