rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • ND de Paris: rebâtir la charpente en bois est «probablement la bonne solution», estime un des architectes en charge de sa restauration
  • Télécommunications: Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Mike Pompeo
  • Présidentielle au Malawi: le chef de l'Etat sortant Peter Mutharika en tête (résultats officiels partiels)
  • La justice européenne rejette le pourvoi de Mme Le Pen qui contestait le remboursement de 300 000 euros au Parlement européen
  • Le gouvernement britannique repousse le vote des députés sur son nouveau projet de loi sur le Brexit prévu début juin
  • Mondiaux d'athlétisme au Qatar : Nasser Al-Khelaïfi, patron du PSG, mis en examen pour « corruption active » (source judiciaire)
  • Décès de la Britannique Judith Kerr, auteure du célèbre «Tigre qui s'invita pour le thé», à l'âge de 95 ans (maison d'édition)
  • Contraint de se passer d'Android, Huawei prépare son propre système d'exploitation pour la fin de l'année (CNBC)
  • États-Unis: une tornade fait trois morts à Golden City dans le Missouri (autorités)
  • Huawei: «protestation solennelle» de Pékin auprès de Washington (ministère)
  • France: la loi Pacte prévoyant la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) a été promulguée (Journal officiel)
  • Commerce international: la Chine déclare attendre de la «sincérité» des États-Unis avant de reprendre les négociations
Aujourd'hui l'économie
rss itunes deezer

Etats-Unis: et General Motors fit mentir Donald Trump!

Par Aabla Jounaïdi

« Si je suis élu, aucune usine ne fermera, je vous le promets », c’était il y a deux ans, une promesse de Donald Trump, alors en campagne électorale. Deux ans après, beaucoup de ses électeurs risquent de perdre leur emploi. Le géant automobile américain General Motors va cesser la production dans sept usines dont quatre aux Etats-Unis dans un bassin industriel largement acquis à Donald Trump.

Ce n’est pas formulé expressément dans son communiqué, mais la direction de General Motors, premier groupe automobile américain, avec d’autres comme Ford l’avaient dénoncé avec force en juin 2018. GM évoque la baisse des ventes de berlines et la nécessité de changer de cap vers l’électrique. Il ne parle pas de l’impact de la guerre commerciale avec la Chine qui pourtant a pesé dans cette décision. La hausse des coûts de l’acier et de l’aluminium chinois aurait coûté un milliard de dollars en plus à la société qui avait même averti que cela pourrait déboucher sur moins d’investissements, moins d’emplois, et des salaires plus bas.

Le plan annoncé représente 14 000 postes en moins dans quatre usines, la majorité aux Etats-Unis. Certaines où le groupe avait déjà lancé des plans de départs volontaires l’an dernier. Naturellement, Donald Trump a réagi : « je suis mécontent » et a menacé de représailles.

Le président américain est d’autant plus en colère que General Motors et l’ensemble des grands groupes américains bénéficient depuis un an de généreuses mesures fiscales qui ont boosté leurs bénéfices et leurs marges comme on l’a vu encore vu avec General Motors le mois dernier.

La raison pour Donald Trump

L’argument du « America's first » (l’Amérique d’abord) a été repris par beaucoup de monde ces dernières heures. Les syndicats dans les usines concernées, les élus locaux, y compris des Démocrates, en défense des emplois. D’autant que c'est le contribuable américain qui avait dû renflouer le groupe qui était alors au bord de la faillite après la crise financière.

General Motors sourd face aux critiques

Cela fait des mois que l’entreprise résiste aux injonctions de Donald Trump. Elle envisage toujours de produire son futur SUV : la Chevrolet Blazer dans une usine au Mexique. Là encore, c’est une tendance. Les constructeurs automobiles aux Etats-Unis réduisent les effectifs. Fiat-Chrysler et Ford vont revoir à la baisse la production de certains modèles dans les prochaines années aussi.

Des économies pour le changement

Avec six milliards de dollars d’économies espérés pour General Motors d’ici 2020. Le constructeur veut sortir du modèle de producteur en masse de berlines à essence, cher à produire et qu’ils n’arrivent plus à écouler en Chine et pour se concentrer sur des créneaux plus porteurs. Notamment les très profitables SUV et pick-ups dont une bonne partie sera produite au Mexique.

A l’heure du pétrole peu cher (aux Etats-Unis), ils font plus que jamais fureur et tirent les bénéfices des big three : General Motors, Fiat-Chrysler et Ford. C’est ce que veut dire la direction du groupe basé à Detroit quand elle parle dans son communiqué d’anticiper les goûts des consommateurs.

Anticiper les changements du marché

Les industriels souhaitent désormais anticiper les changements du marché, avec les arrivées de la voiture électrique et de la voiture autonome. Et il faut dire que ce n’est pas eux qui donnent le tempo pour le moment alors qu’il faut plutôt regarder du côté de la Silicon Valley.

Dans ce pôle industriel, la Waymo, la voiture sans conducteur de Google, révolutionne déjà la mobilité. Pour rivaliser, General Motors dépense déjà un milliard de dollars par an dans un programme pour développer un véhicule autonome. Elle a recruté 1 000 personnes issues de la Silicon Valley pour atteindre cet objectif.

Quant à la production de voitures électriques, avec des batteries désormais moins coûteuses, plus rien n’empêche les constructeurs traditionnels de se lancer. Voilà pourquoi General Motors a annoncé hier la fin de son modèle hybride : la « Chevrolet Volt ». Un modèle qui incarnait en 2010 le retour en force de General Motors après sa quasi-faillite, mais aussi une malédiction pour l’usine de Detroit-Hamtramck qui la produisait et qui est condamnée encore une fois à payer un large tribut à la restructuration.

Paradoxe des 28: leurs économies convergent tandis que leurs régions divergent

Travail: attente du verdict dans l’affaire des travailleurs marocains détachés

Qui sont les perdants de la surenchère protectionniste entre la Chine et les États-Unis?

Ebola: à qui profitent les «obligations pandémies» de la Banque mondiale?

Le durcissement des sanctions américaines ne mènera pas les exportations iraniennes à zéro

En Argentine la rue et les marchés sanctionnent les échecs du président Macri