rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • ND de Paris: rebâtir la charpente en bois est «probablement la bonne solution», estime un des architectes en charge de sa restauration
  • Télécommunications: Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Mike Pompeo
  • Présidentielle au Malawi: le chef de l'Etat sortant Peter Mutharika en tête (résultats officiels partiels)
  • La justice européenne rejette le pourvoi de Mme Le Pen qui contestait le remboursement de 300 000 euros au Parlement européen
  • Le gouvernement britannique repousse le vote des députés sur son nouveau projet de loi sur le Brexit prévu début juin
  • Mondiaux d'athlétisme au Qatar : Nasser Al-Khelaïfi, patron du PSG, mis en examen pour « corruption active » (source judiciaire)
  • Décès de la Britannique Judith Kerr, auteure du célèbre «Tigre qui s'invita pour le thé», à l'âge de 95 ans (maison d'édition)
  • Contraint de se passer d'Android, Huawei prépare son propre système d'exploitation pour la fin de l'année (CNBC)
  • États-Unis: une tornade fait trois morts à Golden City dans le Missouri (autorités)
  • Huawei: «protestation solennelle» de Pékin auprès de Washington (ministère)
  • France: la loi Pacte prévoyant la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) a été promulguée (Journal officiel)
  • Commerce international: la Chine déclare attendre de la «sincérité» des États-Unis avant de reprendre les négociations
Aujourd'hui l'économie
rss itunes deezer

En France, la colère face à la hausse des impôts et la création de nouvelles taxes

Par Aabla Jounaïdi

J-2 avant la mobilisation des « gilets jaunes » contre la hausse du prix des carburants. Selon un sondage Elabe pour BFMTV rendu public hier, 73% des Français soutiennent cette revendication. C'était déjà le cas lors des manifestations en Bretagne de bonnets rouges il y a 5 ans, contre l'écotaxe.

Il y a une « tradition » française d’opposition aux nouveaux impôts, aux nouvelles taxes. On a tous en tête les images mythiques de ces paysans sous l’Ancien régime qui protestaient contre les nouveaux impôts royaux ; des révoltes souvent réprimées dans le sang.

Mais, plus proche de nous, tout au long du XXe siécle, on a pu voir beaucoup de mouvements contre la fiscalité dans les régions. La Bretagne par exemple, avant les bonnets rouges en 2013 a connu des mouvements très virulents d’agriculteurs dans les années 1970-1980 qui prenaient pour cible les bureaux des impôts.

A chaque fois, on avait à la fois des motivations économiques, sectorielles et en même temps un message de défiance vis-à-vis d’une administration jacobine-ultra centralisée et injuste. On a les mêmes ingrédients aujourd’hui avec les « gilets jaunes » : des automobilistes, des travailleurs indépendants, isolés par rapport aux centres du pouvoir et qui s’estiment injustement accablés de taxes. Qu’ils sont des « vaches à lait » pour reprendre leurs mots.

Mais est-ce que les Français payent vraiment trop d’impôts et de taxes ?

Selon une étude de 2018 de l’institut Molinari, à l’échelle de l’Europe, les Français ont un les salaires bruts les plus élevés, mais aussi parmi les plus grevés de prélèvements obligatoires. Plus de la moitié du salaire y est consacré.

Dans le même temps, il y a un mouvement général accéléré ces dernières années d’augmenter les prélèvements qui concernent tout le monde : la CSG qui a fait descendre les retraités dans la rue récemment, la TVA et en même temps, de baisser les impôts pour les plus fortunés : la suppression de l’impôt sur la fortune ou la flat-tax en sont des exemples fameux.

Par ailleurs, les critiques faites au système ne manquent pas. Il est jugé très complexe, opaque et il pèse plus lourdement sur la moitié la plus modeste des contribuables.

Et l’inégalité face à l’impôt se constate chaque jour lorsque certains contribuables peuvent y échapper à travers diverses niches ou l’optimisation fiscale. Tandis que d’autres sont éloignés par exemple des services de l’impôt, faut d’être connecté à internet par exemple.

Les bonnets rouges d’hier et les « gilets jaunes » aujourd’hui sont une illustration de ce sentiment d’inégalité

Ce que mettent en évidence les mouvements de colère qui se multiplient ces dernières années et que soutiennent beaucoup de Français d’après les sondages, c’est une inquiétude croissante quant à l’avenir. Et une demande grandissante de protection de l’Etat.

La conjoncture économique pèse très fortement sur ces mouvements. Pour le sociologue Alexis Spire qui vient d’écrire un essai intitulé Résistances à l’impôt, attachement à l’Etat. c’est une des caractéristiques majeures de l’antifiscalisme français, quelle que soit sa forme. Les Français attendent de l’Etat qu’il les protègent contre les aléas économiques.

Même s’ils ne sont pas directement de son ressort comme la hausse du prix du baril de pétrole ou la fluctuation des cours mondiaux des matières premières. Ce n’est pas un hasard si ce sont des travailleurs indépendants chauffeurs, agriculteurs, petits commerçants plus vulnérables, qui se soulèvent le plus souvent. On ne pardonne pas à l’Etat qui enfonce le clou avec une hausse des taxes au lieu de les protéger.

« J’accepte de payer l’impôt, j’y consens, mais il faut que ce prélèvement soit juste et que l’Etat me protège » ; ce sont, au fond les conditions et la viabilité de ce contrat social qui sont remises en question à chaque fois que les « gilets jaunes » et autres bonnets rouges sortent dans la rue.

Paradoxe des 28: leurs économies convergent tandis que leurs régions divergent

Travail: attente du verdict dans l’affaire des travailleurs marocains détachés

Qui sont les perdants de la surenchère protectionniste entre la Chine et les États-Unis?

Ebola: à qui profitent les «obligations pandémies» de la Banque mondiale?

Le durcissement des sanctions américaines ne mènera pas les exportations iraniennes à zéro

En Argentine la rue et les marchés sanctionnent les échecs du président Macri