rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
7 milliards de voisins
rss itunes deezer

Quartiers d’habitat précaire, quartiers populaires: réhabiliter ou détruire?

Par Emmanuelle Bastide

Bidonvilles en Afrique francophone, favelas au Brésil, villa miserias en Argentine. Aujourd’hui, dans le monde, un milliard d’habitants vivent dans des quartiers précaires, et ils seront trois milliards en 2050. Selon l’ONU Habitat, les bidonvilles sont dans une zone surpeuplée, dotée d’un accès insuffisant à l’eau, à l’assainissement, où la structure du logement est très faible avec des matériaux de construction peu solides. Comment pallier les défaillances des politiques urbaines ? Faut-il détruire ces quartiers pour en reconstruire de nouveaux ou les réaménager ? Quelles solutions pour les habitants ?

Avec :

- Agnès Deboulet, professeure de sociologie à l’Université Paris 8 Vincennes Saint‑Denis et chercheure au sein du laboratoire LAVUE CNRS

- Delphine de Paix, directrice des politiques sociales au sein d’Emmaüs Habitat, un bailleur social

- Hervé Théry, géographe, directeur de recherche émérite au CNRS, professeur à l’Université de Sao Paulo, spécialiste du Brésil et des favelas

- Armelle Choplin, maître de conférences en géographie et urbanisme à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et à l’Ecole d’urbanisme de Paris. Chercheure à l’Institut de recherche pour le développement au Bénin. Responsable du programme URBACOT « Observatoire des dynamiques urbaines côtières en Afrique de l’Ouest ».

En fin d’émission, la chronique de l’Afrique qui gagne par Charlie Dupiot :
Sandra Aguebor
, première femme mécanicienne du Nigeria. Elle a toujours été la seule fille, pendant ses études, et dans les ateliers de réparation où elle a travaillé. Elle a lancé le projet d'entreprise sociale « Lady Mechanic Initiative » pour former, chaque année, des centaines de femmes en difficulté - notamment ex-prisonnières, prostituées, orphelines - aux métiers de la mécanique.

Les écoles privées sont-elles une alternative aux universités publiques surpeuplées?