rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • COP24: la communauté internationale adopte les règles d'application de l'accord de Paris sur le climat
Afrique Économie
rss itunes deezer

Madagascar, invité d'honneur du 15e SIAO à Ouagadougou

Par Stanislas Ndayishimiye

Le pays invité d’honneur du SIAO est cette année Madagascar. Une journée spéciale lui a été dédiée au deuxième jour du salon. La Grande Ile est venue avec une délégation d’une trentaine d’artisans. C’est peu par rapport à ceux qui viennent des pays d’Afrique de l’Ouest. Mais les stands des artisans insulaires font partie des plus fréquentées par les visiteurs.

Sur un stand proposant à la fois des produits issus des artisanats burkinabè et malgache, une acheteuse potentielle, Laurentine Ouedraogo. « Je suis de passage ici pour voir les stands du SIAO, que l’on a malheureusement que tous les 2 ans. » Elle s’intéresse à une boîte de décoration faite en raphia.

- « Honnêtement le produit est bien fini. C’est combien ? »
- « Je peux vous laisser ça 12 000 francs CFA »
- « C’est un peu cher ! »
- « Vous trouvez ? »
- « Quand vous regardez un objet d’art comme ça, le travail qui est abattu derrière tout ça… C’est fait à la main. »
- « Je suis d’accord, mais est-ce que c’est à la portée de l’Africain moyen ? »
- « De l’Africain moyen ?... Mais vous êtes au-delà de la moyenne. »
- « Non, non…(Rires) Du tout, du tout. »
- « Mais si vous êtes intéressée, on va voir. »
- « Super… »

La vendeuse s’appelle Fatimata Dayo. C’est une burkinabè qui vit sur la Grande île. « Madagascar étant le pays invité d’honneur, on a dit : pourquoi ne pas faire un stand qui ressort le partenariat entre les 2 pays et qui fait le rapprochement. L’esprit du SIAO ce n’est pas seulement de vendre individuellement, mais aussi de travailler ensemble. » Un stand commun donc avec une quinzaine de produits de l’artisanat malgache et presque autant côté burkinabè.

Des artisans malgaches pro de la récupération

Ailleurs, dans le pavillon du soleil levant, quelques artisans malgaches présentent des produits faits mains avec du matériel de récupération, comme du papier, des sacs ayant contenus du riz ou du ciment, pour en faire des cartables, des sacs d’ordinateurs, des sacs à main ou encore des bijoux. L’une de ces artisans, c’est Rasolonimaro Ratsararay, qui travaille avec 6 personnes. « Pour faire un cartable comme ça, il faut une journée. A Madagascar je le vends à 50 000 ariary et ici à 15 000 francs CFA. »

Le secteur de l’artisanat représente une part importante dans l’économie de la Grande île, précise Eléonore Johasy, ministre malgache de la culture et de l’artisanat. « L’artisanat est souvent une activité complémentaire. Nos artisans sont des cultivateurs, des éleveurs, des personnes qui ont d’autres activités principales. Nous chiffrons à peu près à 2 millions d’artisans à Madagascar. C’est un chiffre qui remonte à 2013 et que nous allons actualiser [La population malgache était estimée à 22 millions d’habitants en 2013]. Notre artisanat, qui est un produit d’exportation, représente à peu près 13% du PIB. »
Un pourcentage global, qui prend en compte des produits issus d’activités présentées comme artisanales, tout en étant semi-industrielles.

L'Afrique, nouveau champ de bataille pour les sociétés de services informatiques

Océan indien: Un réseau solaire pour attirer les investissements dans l’énergie

Afrique du Sud [4/5]: le pays le plus industrialisé du continent face au chômage

Développement en Afrique: les Européens contrôlent-ils suffisamment leurs projets?

En RDC, des villages portent plainte contre Feronia pour accaparement de terres

La Cnuced promeut l'entrepreneuriat pour sortir les pays les moins avancés du sous-emploi

Les promoteurs immobiliers d'Afrique de l'Ouest à Paris pour démarcher la diaspora