rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Israël bloque 138 millions de dollars pour les Palestiniens à cause de fonds versés aux prisonniers (officiel)
  • Le Premier ministre polonais annule une visite en Israël pour le sommet du groupe de Visegrad (gouvernement)
  • Ukraine: l'Union européenne sanctionne huit Russes pour les incidents en mer d'Azov de novembre 2018 (sources européennes à l'AFP)
Grand reportage
rss itunes deezer

Algérie: comment parle-t-on d'Octobre 88 aujourd'hui et qu'en reste-t-il?

Par Leïla Beratto

Il y a trente ans, l’Algérie vivait une semaine d’importantes émeutes, violemment réprimées par l’armée et les services de sécurité. Les événements d’Octobre 88 mettent fin au parti unique, et permettent la libéralisation de la presse et la création d’associations. Pourtant, ces transformations politiques et sociales inédites semblent peu présentes dans la mémoire des Algériens. Car trois ans plus tard, la victoire du Front islamique du salut aux élections locales, puis l’arrêt du processus électoral et la violence terroriste bouleversent à plus grande échelle l’Algérie. En octobre 1988, Farid Oumahammed vient d’entrer à l’université. Il est témoin de la contestation qui se met en place dans les universités, mais aussi, des premières émeutes, dans son quartier.

Corée du Sud: le dernier combat des esclaves sexuelles de l’armée impériale japonaise

Honduras: entre corruption et changement climatique, les autres raisons du départ