rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Aujourd'hui l'économie, le portrait
rss itunes

Mark Parker: sport, design... et engagement

Par Bruno Faure

Jouant les cartes de l’innovation et des stars du sport, le PDG de Nike est à la tête d’une entreprise florissante qui n’hésite pas à prendre position. La dernière publicité pour l’équipementier américain déclenche la colère de Donald Trump.

« Croyez en quelque chose, même si cela signifie tout sacrifier » : c’est la phrase-choc de la dernière publicité de Nike. La marque à la virgule y fait parler des athlètes au destin hors du commun. En l’occurrence : Colin Kaepernick, le joueur de football américain qui en août 2016 s’est le premier agenouillé pendant l’hymne national pour dénoncer les violences policières contre les noirs aux États-Unis. Une campagne qui a mis très en colère Donald Trump, en guerre ouverte contre les sportifs contestataires.

Le patron de Nike, Mark Parker, n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai. Quelques semaines seulement après l’arrivée au pouvoir du président américain, il avait écrit un message électronique à ses employés, dénonçant le Travel Ban, décret anti-immigration validé depuis par la Cour suprême et qui déclenche les craintes en Afrique. Il y a quelques années, Mark Parker avait par ailleurs inauguré un centre d’entraînement pour les jeunes footballeurs à Soweto, en Afrique du Sud.

Athlète et designer

Ce patron engagé est surtout un brillant homme d’affaires. Un talent indispensable pour succéder en 2006 à Phil Knight, le créateur de Nike et de son inoubliable slogan « Just do it ». Un physique plutôt sportif pour cet homme de 62 ans passionné de course à pied (son épouse est entraîneuse d’athlétisme). Avec son mètre 90 et sa barbe soignée, c’est en réalité un pur produit de l’entreprise.

Lui qui collectionne de l’art contemporain a commencé comme designer. « Si on veut réussir dans ce business, il faut absolument miser sur le design », disait-il en 2012. « Notre monde n’a pas besoin de produits médiocres. Il faut vraiment se dire que l’on prépare l’avenir. Se demander ce qui est possible, pas juste recycler ce qui existe. Le design, c’est créer ce qui fait plaisir, ce qui enthousiasme le consommateur. »

L’innovation et les stars

La chaussure de sport est ainsi transformée en objet de mode et de désir. Mark Parker a d’ailleurs contribué lui-même à cette révolution dans les années 80 avec la Nike Air, une basket sur coussin d’air que l’on peut voir tout autour de la chaussure. Nike écrase à l’époque la concurrence, grâce à des stars comme André Agassi, Michael Jordan, suivi de Tiger Woods (qui soutient ouvertement la dernière publicité controversée de Nike), et aujourd’hui encore Serena Williams et Cristiano Ronaldo.

La stratégie de Mark Parker est depuis quelques années délibérément tournée vers le numérique, vers l’innovation permanente et vers le football : Nike, dans une lutte permanente avec l’Allemand Adidas, équipait la France et la Croatie, les deux finalistes de la dernière coupe du monde.

Affaire de harcèlement

Une dynamique néanmoins entachée au printemps 2018 par des affaires de harcèlement. Plusieurs dirigeants ont été forcés de quitter l’entreprise. Des salariés (femmes ET hommes) évoquaient une atmosphère détestable, une culture macho, sans véritable réaction des ressources humaines. Mark Parker a dû s’excuser. Trevor Edwards, un Afro-Américain, président de la marque Nike, a été poussé à la démission.

Considéré comme le successeur du PDG, il était réputé pour humilier ses subordonnés lors de réunions publiques. Un vent mauvais qui n’a pas eu de conséquences sur les ventes. Reste à voir si la polémique liée à la dernière publicité aura un effet plus dévastateur.

Jack Malvey, l'homme qui découvrit la gravité de la crise de 2008 à ses dépens

Mali: Binta Touré N'Doye, banquière, dirigeante d'Oragroup, groupe panafricain

La nouvelle chef économiste de l’OCDE veut panser les plaies de la mondialisation

Margrethe Vestager, femme la plus puissante d’Europe, bête noire des Gafa