rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité Afrique
rss itunes deezer

Présidentielle au Cameroun: «Il y a une belle offre politique»

Par Fabrice Wuimo

Au Cameroun, la campagne électorale pour la présidentielle 2018 commence le 24 septembre prochain. Mais les neuf candidats engagés dans ce scrutin sont déjà en quête de voix pour espérer être élus en octobre. Du côté du président, Paul Biya, la machine du parti au pouvoir est en marche à travers les sections locales. Les candidats de l’opposition, quant à eux, sillonnent le pays ou les diasporas étrangères pour susciter de l’engouement derrière leur candidature. Alors, que peut-on attendre de la campagne électorale au Cameroun ? L’invité de Fabrice Wuimo est le politologue camerounais Fred Eboko, chercheur à l’Institut de recherche pour le développement (IRD).

Présidentielle au Cameroun: Joshua Osih, candidat du Social Democratic Front (SDF)

CAN 2019, corruption au Cameroun : Akere Muna en campagne pour la présidentielle

Chine-Afrique: Etienne de Tayo, essayiste camerounais, refuse le «China Bashing»

André Guichaoua: au Rwanda, «cette libération de prisonniers est une surprise»

Sylvain N’Guessan, analyste politique de l’Institut stratégique d’Abidjan

Affaire Audin: pour Sébastien Jumel, «c'est la fin d'un long mensonge d'Etat»

Cameroun: «Ce qui ne va pas, c'est l'inhumanité du régime» selon Cabral Libii

J-P Lacroix (ONU): on a pour mandat d’aider les Maliens à sécuriser le centre

Prof. Ahouré: «La Côte d'Ivoire est un pays en marche vers l’industrialisation»

T. Pairault (EHESS): «La Chine se constitue un capital politique en Afrique»

Présidentielle en RDC: Félix Kabange Numbi (ministre) répond à Jean-Pierre Bemba

Jean-Pierre Bemba: «Le gouvernement veut imposer un Etat de non-droit» en RDC

Maroc: «Malgré la loi, il y a encore des filles qui épousent leur violeur»

Laurent Larcher: «La France d'Emmanuel Macron fait l'économie du tragique de l'histoire»