rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Tennis/Fed Cup: les Bleues sortent la Roumanie (3-2) et s'offrent une finale face à l'Australie
  • Nigeria: deux tués, dont un Britannique, dans une attaque armée au nord du pays, selon la police
  • Arabie saoudite: le groupe Etat islamique revendique une attaque contre un QG des services de sécurité
  • Ukraine: l'humoriste Volodymyr Zelenskiy élu président avec 73% des voix (sondage à la sortie des urnes)
  • Soudan: 7 millions d’euros saisis dans la résidence du président déchu Omar el-Béchir (chef Conseil militaire)
Invité Afrique
rss itunes deezer

Présidentielle au Cameroun: «Il y a une belle offre politique»

Par Fabrice Wuimo

Au Cameroun, la campagne électorale pour la présidentielle 2018 commence le 24 septembre prochain. Mais les neuf candidats engagés dans ce scrutin sont déjà en quête de voix pour espérer être élus en octobre. Du côté du président, Paul Biya, la machine du parti au pouvoir est en marche à travers les sections locales. Les candidats de l’opposition, quant à eux, sillonnent le pays ou les diasporas étrangères pour susciter de l’engouement derrière leur candidature. Alors, que peut-on attendre de la campagne électorale au Cameroun ? L’invité de Fabrice Wuimo est le politologue camerounais Fred Eboko, chercheur à l’Institut de recherche pour le développement (IRD).

Ghassan Salamé: les divisions internationales sur la Libye «m'attristent»

Burkina: «Si Blaise veut aider, il ne faut pas le décourager» (opposition)

Sénégal: «Avec cette réforme, on change complètement de régime politique»

Faustin Archange Touadera: «Tous nos partenaires œuvrent en transparence»

J. Tubiana: «On sent une certaine insatisfaction au sein de l’armée» au Soudan

J.-B. Elias (Le Fonac): «La démocratie risque de tourner en dictature» au Bénin

S.Ben Sedrine: «la Tunisie est en train de juger les responsables de la torture»

Génocide rwandais: «on n’avait jamais imaginé que ça puisse être aussi massif»

Afrique du Sud: «Il y a au sein de l'ANC un lobby antimarocain très fort»

Mouigni Baraka Saïd Soilihi: aux Comores, «il n'y pas eu d'élection, c'est un coup d'État»

Comores: «Chacun doit payer pour ce qu'il a fait» dit le président Azali Assoumani

Mali: «Les violences intercommunautaires, c’est la hantise de toutes les forces armées»