rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie: onze morts dans les bombardements israéliens (ONG)
  • L'ELN revendique l'attentat contre une école de police à Bogota (communiqué)
  • Tourisme et gastronomie: ce lundi, le guide Michelin dévoile son palmarès France 2019
  • Washington n'a «pas de plan» pour après son retrait de Syrie, indique Brett McGurk, l'ex-émissaire américain pour la coalition
  • Explosion d'un oléoduc à Tlahuelilpan au Mexique: le bilan atteint 85 morts (ministre mexicain de la Santé)
Géopolitique, le débat
rss itunes deezer

Arabie saoudite: quel bilan pour Mohammed Ben Salman après un an au pouvoir?

Par Chantal Lorho

Le 21 juin 2017, le roi Salman d’Arabie saoudite créait la surprise en nommant son fils préféré de 31 ans, Mohammed, prince héritier pour remplacer son neveu le ministre de l’Intérieur Mohamed Ben Nayef, 55 ans… Depuis cette date, Mohammed Ben Salman cumule tous les pouvoirs : politique, économique, militaire et multiplie les coups d’éclats : bras de fer avec le Qatar, crise cette semaine avec le Canada, affaire Hariri, purge anti-corruption parmi les VIP du royaume, etc. Celui qui veut moderniser l’Arabie saoudite au pas de charge est-il un visionnaire ou un despote ? Les nouveaux droits accordés aux femmes (conduire, créer une entreprise, aller au stade assister à des matches de football) traduisent-ils une réelle ouverture su royaume, ou sont-ils un écran de fumée pour cacher la répression de toute voix dissidente ?

Invités :
- Hala Kodmani, journaliste à Libération, spécialiste du PO, a publié « Seule dans Raqqa », aux Editions Equateur en 2017
- Marc Lavergne, directeur de recherche au CNRS sur le Moyen-Orient et la Corne de l'Afrique
- Nabil Ennasri, docteur en Sciences politiques, a publié « L’énigme du Qatar » en 2013, aux éditions de l’IRIS.

L’Ethiopie et l’Erythrée réconciliées: quel impact pour la corne de l’Afrique?

20 ans après sa création, la Cour pénale internationale est-elle discréditée?