rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Aujourd'hui l'économie
rss itunes deezer

Pourquoi Apple gagne toujours plus ?

Par Dominique Baillard

Apple vient de publier ses résultats trimestriels et ils sont largement au-dessus des attentes des marchés. Contrairement aux autres GAFAN récemment malmenés à la bourse, la firme à la pomme est en pleine forme, en passe d'être sacrée valeur reine de la tech.

Et ce sont toujours les smartphones qui font sa bonne fortune. Pourtant les ventes n'ont pas tellement augmenté, de 1% seulement. Mais leurs prix de plus en plus astronomiques suffisent à remplir les poches d'Apple. En écoulant 41 millions d'I phone, les revenus de la branche téléphone ont flambé de 20%. Le revenu total du géant de Cupertino a augmenté de 17% au troisième trimestre. C'est le quatrième trimestre consécutif de hausse à deux chiffres. Son action a commencé à grimper dans les échanges électroniques qui ont lieu en permanence après la fermeture de Wall Street. +4%. A ce rythme d'ici quelques heures Apple, qui est déjà la première entreprise mondiale en termes de capitalisation boursière, pourrait devenir la première entreprise privée à franchir le cap symbolique des 1000 milliards de dollars. Quel décalage avec les résultats décevants de Facebook ou Twitter !

La magie des GAFAN est-elle brisée ?

L'acronyme GAFAN [pour Google, Apple, Facebook, Amazon et Netflix] est un fourretout pratique pour englober les entreprises de la techno en pleine ascension boursière, mais la taille, les métiers et les stratégies de ces groupes sont assez divergents. Amazon, le grand distributeur de la planète, est en pleine forme et il ne fait que commencer à engranger des bénéfices. Facebook est impressionnant par son nombre d'abonnés mais le réseau ne vit que de la publicité, comme Twitter, tandis qu'avec son moteur de recherche, Google et sa maison mère Alphabet défendent leur position monopolistique comme une poule aux oeufs d'or. Toutes ces entreprises sont de plus en plus inquiétées par les Etats qui supportent mal leur hégémonie. Elles ont aussi commencé à se concurrencer entre elles pour continuer à grandir. Elles sont donc contraintes de baisser leur prix et donc d'accepter des marges réduites.

Tandis qu'Apple a choisi le créneau du luxe pour se distinguer des concurrents

Et cela marche de mieux en mieux. C'est l'I Phone X sorti l'an dernier avec un premier prix à 1000 dollars qui a dopé le chiffre d'affaires du troisième trimestre. Apple constate qu'il est plus rentable de vendre très cher que de vendre beaucoup. En deux ans le prix moyen de ses appareils est passé de 600 à 720 dollars. Le smartphone constitue encore plus de la moitié du chiffre d'affaire d'Apple, c'est sa vache à lait, mais c'est aussi son talon d'Achille, cette forte dépendance l'oblige à innover en permanence pour capter de nouveaux clients. Les fans attendent avec impatience le petit dernier qui sera dévoilé à l'automne. Il pourrait disposer d'une double carte sim, un plus pour conquérir les marchés asiatiques.

La guerre commerciale avec l'Asie est-elle une menace pour Apple ?

Tim Cook relativise car il est convaincu qu'il est dans l'intérêt des Etats-Unis et de la Chine de s'entendre. Et jusqu'à maintenant les multiples composants des I phones fabriqués en Chine ont été épargnés par les taxes. Mais ce matin Donald Trump va annoncer une nouvelle série de droits de douane de 20% sur les produits chinois, dont les produits électroniques, on ne sait pas encore si les intrants des I phones sont concernés. Par ailleurs Apple fait face à une concurrence de plus en plus vive du fabricant chinois Huawei. Il vient de lui voler la seconde place au podium mondial des fabricants de smartphone avec 54 millions d'appareils écoulés contre 41 millions pour Apple. Cette information tombée il y a quelques heures pourrait bien jeter une ombre sur les excellents résultats du groupe. On verra dans quelques heures comment la bourse américaine digère ces informations.

►En bref

En France les ventes de voitures ont fait un nouveau bond en juillet, avec une hausse vente de 18%.

Et cela a surtout profité aux marques françaises :+ 23% d'immatriculations pour les voitures bleu blanc rouge, et +14% pour les marques étrangères. Ces bons chiffres confirment la tendance positive déjà constatée en juin, mais comme chaque année le marché pourrait ralentir à l'automne, quand les français rentrent de vacances.

Pourquoi l’Europe est incapable de lutter contre le blanchiment d’argent sale

Pourquoi le prélèvement de l’impôt à la source est devenu le cauchemar du président

«Jackson Hole», le symposium des banques centrales s’ouvre aujourd’hui