rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Numérique: la France débutera le prélèvement de la taxe Gafa dès le 1er janvier 2019 (Le Maire)
  • Une armée du Kosovo est «irréversible», selon le président kosovar Hashim Thaci avant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU
  • Brexit: accord entre la Suisse et la Grande-Bretagne sur le maintien des règles en vigueur dans le transport aérien
  • Football : l'Olympique lyonnais (France) affrontera le FC Barcelone (Espagne) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
  • Football : le Paris Saint-Germain (France) affrontera Manchester United (Angleterre) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
  • Gilets jaunes: Macron organise mardi une réunion à l'Elysée sur le grand débat
  • Industrie automoblie: le conseil d'administration de Nissan échoue à nommer un successeur à Carlos Ghosn (communiqué)
  • Sécurité routière: le nombre de morts sur les routes en recul de 1,8% en novembre (officiel)
  • Attentat de Strasbourg: un proche du tueur présenté à un juge d'instruction (parquet de Paris)
Invité Culture
rss itunes deezer

The Emidy Project: l’esclave devenu violoniste et compositeur

Par Carmen Lunsmann

C’est un cas unique dans l’histoire de la musique. Premier compositeur de la diaspora africaine né en Guinée en 1775, Joseph Antonio Emidy fut esclave au Brésil, puis violoniste virtuose au Portugal avant d’atterrir au Royaume-Uni et devenir l’une des figures musicales les plus remarquées de son temps. Ce parcours exceptionnel est retracé à travers un disque et un spectacle bouleversant. Intitulé « The Emidy Project - Odyssée d’un esclave musicien », il est conçu à quatre mains par l’Anglo-Nigérien Tunde Jegede et l’Argentine Diana Baroni. Carmen Lunsmann a rencontré cette dernière qui interprète également le chant et la flûte du projet labellisé par l’UNESCO au sein de leur programme La route de l'esclave.