rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • La Cour de justice de l'UE ordonne à la Pologne de suspendre sa réforme de la Cour suprême (communiqué)
  • Sommet sur la Syrie: Emmanuel Macron n'ira que s'il n'y a pas d'offensive à Idleb (Elysée)
  • Affaire Jamal Khashoggi: la Turquie dément avoir fourni «un quelconque enregistrement» à Washington (ministre)
  • Sommet Erdogan-Poutine-Macron-Merkel sur la Syrie organisé à Istanbul le 27 octobre (porte-parole)
Invité Culture
rss itunes deezer

The Emidy Project: l’esclave devenu violoniste et compositeur

Par Carmen Lunsmann

C’est un cas unique dans l’histoire de la musique. Premier compositeur de la diaspora africaine né en Guinée en 1775, Joseph Antonio Emidy fut esclave au Brésil, puis violoniste virtuose au Portugal avant d’atterrir au Royaume-Uni et devenir l’une des figures musicales les plus remarquées de son temps. Ce parcours exceptionnel est retracé à travers un disque et un spectacle bouleversant. Intitulé « The Emidy Project - Odyssée d’un esclave musicien », il est conçu à quatre mains par l’Anglo-Nigérien Tunde Jegede et l’Argentine Diana Baroni. Carmen Lunsmann a rencontré cette dernière qui interprète également le chant et la flûte du projet labellisé par l’UNESCO au sein de leur programme La route de l'esclave.

Philippe Rebbot et Romane Bohringer réalisateurs et acteurs de «L'amour flou»