rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Aujourd'hui l'économie, le portrait
rss itunes

Howard Schultz, le charismatique patron de Starbucks s’en va

Par Agnieszka Kumor

Dans Aujourd'hui l'économie, le portrait du charismatique patron de Starbucks. Âgé de 64 ans, Howard Schultz, le « Steve Jobs du café » comme il est surnommé, va quitter sa multinationale le 26 juin prochain. Son départ relance les spéculations sur sa candidature à la prochaine élection présidentielle américaine. Des rumeurs que le principal intéressé ne dément ni ne confirme.

Regard droit, sourire d’une star de cinéma, le futur ex-patron de Starbucks ne connaît pas le mot « impossible ». En 2015, il donnait ces quelques conseils aux étudiants de The Lloyd Greif Center for Entrepreneurial Studies à l’Université de Californie du Sud : « J’ai rêvé de grands rêves. J’ai rêvé ce genre de rêves dont d’autres personnes ont dit que ce ne serait pas possible. Si vous rêvez grand et que vous vous entourez de gens formidables, vous laissez votre ego à la porte, vous partagez le succès avec les autres... Avez un peu de chance en plus... Vous pouvez tout faire ! »

Ne pas oublier d’où on vient

Son succès, Howard Schultz le doit à ses origines modestes. Il est le premier de sa famille à terminer le collège. Son diplôme de l’université en poche, Schultz travaille notamment chez Xerox avant de rejoindre Starbucks comme directeur du marketing, en 1982. La future multinationale n’est alors qu’une petite société avec quatre points de vente aux Etats-Unis. C’est lors d’un voyage en Italie que Schultz découvre les cafés italiens. Il veut reproduire leur atmosphère en Amérique. Le concept n’intéresse pas ses patrons. Furieux, il claque la porte pour fonder sa propre entreprise. Starbucks en devient l’un des actionnaires principaux.

Cinq ans plus tard, Schultz rachète le reste des actions et prend la tête de la maison-mère. Son esprit innovateur s’exprime enfin. En quelques années Schultz fait de son entreprise LA chaîne mondiale. Mais d’où lui vient cette force ? « Elle vient de ses racines », estime Jean-Noël Chaintreuil, fondateur de Change Factory, un cabinet de consulting Ressources humaines et transformation digitale. « Il y a chez lui ce côté volontaire, une sorte de revanche sociale. Il a toujours rappelé ses origines comme pour dire qu’il fallait toujours penser aux autres, à la communauté. Ce qu’il a mis en place pour Starbucks reflète véritablement sa propre nature, son enfance. C’est un concept en termes d’expérience d’achat, d’expérience de vie pour les personnes qui viennent boire du café. Et ce dans un espace qui n’est pas le travail, qui n’est pas vraiment la maison, qui est un lieu entre les deux », dit-il.

En septembre prochain Starbucks ouvrira son premier café à Milan en Italie, le pays qui l’a tant inspiré à ses débuts.

Le patron social

Un nouveau défi pour ce groupe de 22 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuels et dont les employés bénéficient d’une couverture sociale, chose plutôt rare aux Etats-Unis. « Il s’est beaucoup focalisé sur l’impact social de son entreprise, sur son identité. Il a posé la question sur qui veut-on être en tant qu’entreprise ? Quelles sont les valeurs que l’on veut partager en tant que compagnie ? Son point fort c’est d’avoir mis en place un concept tout simple : si je traite bien mes employés, mes collaborateurs, alors ils vont bien traiter mes clients », rappelle Jean-Noël Chaintreuil. Sans oublier que travailler chez Starbucks permettait la progression sociale. « Vous n’avez pas de diplôme, mais vous pouvez monter les échelons, devenir un manager », conclut-il.

L’action de Starbucks a perdu près de 1,7 % après l’annonce du départ du patron. Pourtant, l’entreprise poursuit sa croissance tout en gâtant ses actionnaires qui vont toucher au total 25 milliards de dollars. En revanche, il n’est pas sûr que sa fibre sociale liée à la personnalité du PDG persiste après son départ.

Lien utiles :

The Lloyd Greif Center for Entrepreneurial Studies:

https://www.marshall.usc.edu/departments/lloyd-greif-center-entrepreneurial-studies

Cabinet de consulting Change Factory : http://231e47.com/

Jack Malvey, l'homme qui découvrit la gravité de la crise de 2008 à ses dépens

Mali: Binta Touré N'Doye, banquière, dirigeante d'Oragroup, groupe panafricain

La nouvelle chef économiste de l’OCDE veut panser les plaies de la mondialisation

Margrethe Vestager, femme la plus puissante d’Europe, bête noire des Gafa