rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Bonjour l'Europe
rss itunes deezer

Espagne: le gouvernement envisage de déplacer la dépouille de Franco

Par François Musseau

En Espagne, le nouveau gouvernement socialiste est décidé à retirer les restes du dictateur Francisco Franco de son mausolée de la « Valle de los Caidos » près de Madrid. L'idée est d'en faire un lieu de « réconciliation » dans un pays où le débat reste entier sur le travail de mémoire.

La dépouille d’un ancien dictateur, qui a régné pendant 40 ans, reposant sur les hauteurs à l’ouest de Madrid, dans un cirque rocheux impressionnant, qui plus est dans une immense crypte sous une dalle de marbre devrait pouvoir être déplacée. Cela fait plus de 4 décennies qu’elle demeure là. Les ennemis de Franco disent que, sur le plan symbolique, c’est honteux. C’est comme si Franco trônait encore, post mortem sur la capitale de l’Espagne, a dit un porte-parole socialiste. Depuis de longues années, l’idée de déménager sa dépouille a été à l’ordre du jour, mais à chaque fois les conservateurs du parti Populaire s’y opposaient, si bien que rien n’a jamais pu être fait.

Un procédé technique facile

Il s’agit tout juste de mobiliser une petite grue, d’ouvrir les dalles en marbre, d’en retirer le corps du Caudillo puis de le faire glisser sur un véhicule à roulette vers l’entrée du mausolée sur la grande esplanade. L’opération n’a même pas besoin d’un médecin légiste, puisqu’ayant été momifié le cadavre de Franco est certainement en bonne condition. Ensuite, il n’y aurait qu’à l’acheminer vers un cimetière privé, là où se trouve sa famille, près de Madrid.

Des complications dues aux nostalgiques de Franco

Les nostalgiques de Franco, la fondation Carmen Franco, sa fille qui tient d’une main de fer l’héritage de son père dictateur, font barrage pour déplacer le corps. Et justement, la loi stipule que la fondation doit être informée et donner son accord pour un quelconque déménagement. Ces obstacles devraient être surmontés. C’est devenu une question de volonté politique, et la volonté existe. Les socialistes au pouvoir comptent fermement transformer ce mausolée, très visité, de lieu d’hommage au dictateur à un centre mémoriel où il soit expliqué comment et par qui a été construit ce lieu édifiant ? C’est-à-dire par des milliers d’ouvriers dont la plupart des cadavres reposent dans les entrailles du Valle de los Caidos.

Hongrie: le Premier ministre Victor Orban s’offre un consortium médiatique

Première mondiale en Suède: le déménagement d'une cité de 18 000 habitants

L’UE et l’Autriche en désaccord sur l’assistance financière aux réfugiés