rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Canada: une tornade a provoqué d'importants dégâts non loin d'Ottawa (médias)
  • L'Assemblée de la Polynésie française repousse à 62 ans (contre 60 auparavant) l'âge de départ à la retraite
  • Un journaliste assassiné dans le sud du Mexique, le 9e en 2018 (employeur)
Bonjour l'Europe
rss itunes deezer

Exercices militaires au sein des pays baltes

Par Marielle Vitureau

Bonjour l’Europe part dans les pays baltes. D’importants exercices militaires nationaux et internationaux touchent à leur fin dans la région. Ils ont mobilisé plusieurs milliers de soldats pendant deux semaines, qui se sont entraînés de Tallinn à Vilnius sur des bases militaires, mais aussi en condition urbaine. Quels ont été les temps forts de ces exercices ?

Pendant l’exercice Tonnerre et foudre, les 9 000 soldats mobilisés se sont entraînés à défendre la ville d’Alytus dans le sud du pays. Et ce conjointement avec les services de protection civile. C’est un cycle de formation de trois ans qui s’achèvent. Ce sont les exercices les plus importants de l’histoire militaire lituanienne. Parallèlement, les Lituaniens avec la force multinationale de l’Otan et les Américains, soit 18 000 militaires au total se sont aussi entraînés, sur le mode défensif, dans toute la région balte. Il y a eu de nombreuses opérations maritimes, des exercices de logistiques de transport de matériel. Le couloir de Suvalki à la frontière entre la Lituanie et la Pologne a été l’un des objectifs.

Comment défendre cette portion de 80 kilomètres qui en cas d’invasion couperait les Baltes du reste de l’Europe ?

La militarisation de la région balte est palpable. Il y a quelques jours, la présidente lituanienne a promulgué un document stratégique concernant l’avenir de l’armée lituanienne. En 2019, les militaires de métier seront plus nombreux. Cinq cents nouveaux soldats seront embauchés. De nouveaux bataillons seront créés, notamment de cyberdéfense et de communication.

Depuis le retour du service militaire en 2015, la Lituanie ne peut compter que sur des volontaires. Cette année encore, ils sont très nombreux. Plus de 5 000 se sont manifestés. C’est bien plus que le nombre de jeunes que la Lituanie veut former.
Soutenir l’armée est devenu quelque chose de très populaire en Lituanie. Initié par un journaliste, il existe un site internet qui recense les prestataires de services, clubs de sport ou les cafés qui offrent des réductions aux militaires et ils sont relativement nombreux. Même si le contexte change, on voit notamment les efforts de rapprochement avec la Russie de la part de la France ou de l’Allemagne, les Baltes poussent eux toujours pour plus de moyens militaires.

La menace russe n’a toujours pas disparu pour les Baltes. La militarisation de Kaliningrad est réelle avec l’installation de missiles Iskander. Et toute tentative de retour à la normalité serait très dommageable pour une analyste que RFI a interviewée. Cela signifierait forcément être vulnérable, notamment si les intérêts économiques passent en premier. Lors du prochain sommet de l’Otan, début juillet à Bruxelles, les Baltes veulent donc des garanties sur des éléments de défense aérienne, une présence de l’Otan renforcée. Dans son discours annuel au Parlement, la Présidente l’a encore martelé. S’engager dans la nouvelle politique européenne de défense est une priorité. La Lituanie a d’ailleurs pris l’initiative pour la création d’une cyberforce de réaction rapide.

Référendum sur le nom en Macédoine: James Mattis craint une ingérence russe

Italie: Steve Bannon s’appuie sur l’église et Salvini pour conquérir l’Europe

Prisons au Royaume-Uni: les surveillants alertent sur la violence carcérale

La foire de Thessalonique, symbole du rapprochement entre Athènes et Washington

Royaume-Uni: recrutement autorisé pour les saisonniers hors UE dans l'horticulture

Ukraine-Russie: le premier investisseur étranger en Ukraine est… la Russie

Pour lutter contre la solidarité, la Hongrie lance une taxe sur la migration