rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité Afrique
rss itunes deezer

«Au Nigeria, les forces de sécurité tuent plus que Boko Haram»

Par Magali Lagrange

« Internationale jihadiste », « Sahélistan », « arc de crise »... Autant d’expressions parfois utilisées pour parler des groupes jihadistes présents en Afrique, et de la zone dans laquelle ils sont implantés. Pourtant, ces expressions peuvent fausser notre perception, selon Marc-Antoine Pérouse de Montclos, directeur de recherche à l'IRD. Dans son livre « L’Afrique, nouvelle frontière du Jihad ? » (publié aux éditions La Découverte), il affirme que Boko Haram, AQMI et les shebabs, par exemple, sont des groupes à l’ancrage plus local qu’international. Pour décrypter ce phénomène jihadiste en Afrique, Marc-Antoine Pérouse de Montclos répond aux questions de Magali Lagrange.

C. Servan Schreiber : «La littérature mauricienne a pris un envol remarquable»

Sénégal: pour le gouvernement, «Karim Wade n’est ni électeur, ni éligible»

Sall (avocat de Wade): «Si Karim ne peut pas se présenter en 2019, il y aura bagarre»

Bob Kabamba: «Kinshasa est en difficulté sur plusieurs points avec la communauté internationale»

Rapprochement Erythrée-Ethiopie: «Le président érythréen n'a pas le choix», selon Gérard Prunier

Jules Caron (Global Witness): «Le code forestier n'est pas appliqué» en RDC

M. Hounkpè: Macron demande «d’aller vite vers la résolution de la crise» au Togo

William Affif (PAM): «La pluviométrie et l’insécurité ont un impact au Sahel»

RDC: le «cri de détresse» de Mgr Mwanama (diocèse de Luiza, Kasaï central)

Alpha Condé: «On veut que les problèmes africains se règlent par les Africains»

Crimes de guerre en RCA: «Le procès, c’est la face visible de l’iceberg»

Françoise Vergès: «La décolonisation c'est aussi la décolonisation des mentalités»

Patrick Youssef: au Nigeria, «9 millions de personnes sont dans le besoin»

Cheikh Modibo Diarra: «Les gens ont envie de rompre avec l'ancien système»

Migrants: «Il est exclu que l’Algérie ouvre une quelconque zone de rétention»

Rwanda: «Après le génocide des Tutsis, Rever présente les victimes en coupables»