rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Commerce: Washington lance de fausses accusations pour «intimider» les autres (Chine)
  • Maldives: le gouvernement indique reconnaître la victoire de l'opposition à la présidentielle (officiel)
  • Russie: l'opposant Alexeï Navalny a été de nouveau arrêté dès sa sortie de prison (porte-parole)
  • Internet: le moteur de recherche Google, né en septembre 1998, célèbre ses vingt d'ans d'activité
  • Pétrole: l'Opep et ses partenaires interviendront pour éviter la pénurie sur le marché s'ils le jugent opportun, dit l'Arabie saoudite
  • Australie: les travaux ont commencé sur le chantier du deuxième aéroport de Sydney, qui doit être livré en 2026
  • Hong Kong interdit un parti indépendantiste, le Parti national (HKNP), une première depuis 1997
  • Birmanie-Rohingyas: pour le chef de l'armée birmane, l'ONU «n'a pas le droit d'interférer»
  • Guerre commerciale Washington-Pékin: entrée en vigueur des taxes américaines sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises
Débat du jour
rss itunes deezer

Faut-il réduire la population carcérale ?

Par Romain Auzouy

Il est l’un des plus anciens détenus de France. Michel Cardon doit être libéré demain vendredi. Emprisonné en 1977, il aura passé plus de 40 ans derrière les barreaux. Cela pose la question de la population en prison : est-elle trop importante ? Dans ce domaine, la France fait figure de mauvais élève européen. Selon les derniers chiffres publiés la semaine dernière, le pays compte plus de 70 000 détenus pour un peu moins de 60 000 places. Un nombre jamais n’atteint dans l’histoire des prisons françaises. Pourquoi ? Le modèle français d’emprisonnement est-il dépassé ? Faut-il encourager les solutions alternatives comme le placement sous surveillance électronique ? C’est le débat du jour.

Pour en débattre :

- Juliane  Pinsard, secrétaire générale du syndicat de la magistrature et juge d’application des peines.

- Julia Minkowski, avocate au barreau de Paris, chargée de mission par la Garde des Sceaux pour réfléchir au « sens et à l'efficacité des peines »

Rejoignez Le débat du jour sur Facebook ou sur Twitter.

La France est-elle enfin prête à regarder en face son histoire coloniale ?