rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Aujourd'hui l'économie
rss itunes deezer

La diffusion télé du foot: nouvel enjeu du bras de fer entre le Qatar et l’Arabie Saoudite

Par Dominique Baillard

Le bras de fer entre le Qatar et ses voisins du Golfe se déploie maintenant dans la sphère du footbusiness. La chaîne qatarie Bein Media qui a l'exclusivité des droits dans la région demande urgemment à la Fifa d’intervenir pour stopper le piratage de ces programmes par les Saoudiens.

Pour la Coupe du monde, comme pour la plupart des grandes compétitions footballistiques Bein Media détient l’exclusivité des droits pour retransmettre les matchs au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Cet investissement tous azimuts dans le sport c’est le pari économique et la fierté de la chaîne qatarie, l'un des vecteurs d'influence de l'émirat. Mais depuis quelques mois un décodeur au nom moqueur, «BeoutQ», - Q pour Qatar-, détourne son contenu avec un succès grandissant. Il est diffusé par le bouquet saoudien Arabsat ont découvert les Qataris. Bein ne peut pas porter l’affaire devant la justice saoudienne à cause du boycott déclaré il y a presque un an par l'Egypte et ses voisins immédiats, Bahrein, les Emirats Arabes Unis et l’Arabie saoudite, c’est pourquoi elle en appelle à la Fifa.

La Fédération internationale du foot va soutenir sa requête ?

Pas sûr que la Fifa soit la mieux placée pour arbitrer ce match très médiatico-diplomatique. C’est pourtant son devoir, elle se doit de protéger son client. C’est aussi son intérêt, étant donné que toute son économie repose sur la commercialisation des droits. Mais si elle donne raison à Doha, elle s’expose aux foudres de Riyad, et cela pourrait compromettre les projets du nouveau patron de la Fifa. Gianni Infantino veut créer de nouvelles compétitions mondiales autour du ballon rond, et l’Arabie saoudite est l’un des principaux partenaires disposés à financer ces évènements, à hauteur de 25 milliards de dollars.

Avec cette nouvelle croisade par télévision interposée, l’Arabie veut étouffer le Qatar ?

Cela démontre en creux que le boycott décidé il y a un an est un échec. Un échec diplomatique, puisque Doha refuse de céder aux demandes de ses voisins. Et surtout un échec économique car l’émirat s’est plutôt bien adapté. En début d’année Le FMI lui a délivré un satisfecit en pronostiquant une croissance de 2,5% pour 2018. En puisant dans les réserves du fonds souverain, le gouvernement a massivement soutenu les banques fragilisées par la fuite des capitaux et il a par ailleurs mis en place un vaste plan de relance à 200 milliards de dollars pour surmonter les problèmes logistiques posés par cette brutale fermeture des frontières et tendre vers la souveraineté alimentaire.

Le Qatar devrait être bientôt être auto-suffisant en produit laitier.

Des vaches de race Holstein ont été importées par avion pour faire tourner la ferme qatarie. La société Baladna propose aujourd’hui aux Qataris un lait à un peu plus de deux dollars le litre, un prix équivalent à celui qui était fourni auparavant par l’Arabie Saoudite. C'est la version la plus positive de la résilience des Qataris. D’autres secteurs sont moins flamboyants. Alors que l'émirat aspire à devenir un hub de la région pour casser son isolement, ce n'est pas encore la grande affluence dans les grands hôtels et les centres commerciaux de la péninsule. Le succès de ces projets n'est pas encore au rendez-vous mais le Qatar a préservé sa fontaine de jouvence, les fabuleuses réserves de gaz qui ont fait sa fortune et qu'il continue à exporter dans le monde entier.

►En bref

La Commission européenne prévoit de dépenser moins pour les pays de l'Est et un peu plus pour les pays du Sud

La clé de répartition des fonds de cohésion doit être présentée ce mardi à Bruxelles. Elle ne prend pas seulement en compte le PIB par habitant mais aussi le chômage, la désindustrialisation, les récentes vagues d'immigration. Si ce projet est validé par les 28, les pays de l'est seront perdants mais ils resteront les principaux bénéficiaires des subsides de Bruxelles. La Grèce, le Portugal, l'Espagne, et l'Italie verront leurs subventions augmenter.

La roupie indonésienne est à son tour malmenée par la remontée du dollar

Comme le peso argentin et la livre turque, la roupie plonge, elle a atteint son plus bas niveau depuis deux ans face au dollar. La banque centrale a déjà remonté ses taux à la mi-mai, sans succès, elle pourrait envisager une nouvelle hausse de ses taux dans les prochains jours.

Pourquoi la guerre commerciale est un cauchemar pour les patrons américains

Pourquoi la chute de la monnaie turque est préoccupante pour le président Erdogan

Giuseppe Conte peut-il faire basculer l'Italie avec le programme anti-austérité?

Le patron de Facebook vient-il vraiment faire amende honorable devant les eurodéputés?

Italie: les antisystèmes pourront-ils contenter leurs électeurs et Bruxelles?