rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • «Renvoyez-la!»: Trump dit désapprouver les slogans scandés à son meeting
  • Iran: Rohani appelle Macron à «intensifier» les efforts pour sauver l'accord nucléaire
  • Washington demande à l'Arabie saoudite de libérer le blogueur Raef Badaoui (Pence)
  • Les États-Unis vont pousser pour la liberté religieuse en Corée du Nord (Pence)
  • Sanctions américaines contre des dirigeants de milices liées à l'Iran en Irak (Mike Pence)
  • Tour de France 2019: Simon Yates s'impose dans la 12e étape, Julian Alaphilippe conserve le maillot jaune
  • Maroc: trois hommes condamnés à la peine de mort pour l'assassinat de deux Scandinaves
Vous m'en direz des nouvelles !
rss itunes deezer

Le retour des mythiques Touré Kunda !

Par Jean-François Cadet

Touré Kunda est un duo mythique. Des précurseurs, des pionniers de ce que l’on appelait naguère la World Music et plus précisément des musiques africaines en France. Il faut dire que les Touré Kunda ont été le premier groupe africain à faire danser la France entière, et même au-delà puisqu’ils ont soulevé les foules en Afrique mais aussi jusqu’au Japon. Après 10 ans de silence, les frères Touré, Ismaila et Sixu Tidiane sont de retours avec un album à la fois festif et conscients,et douze titres porteurs d’un message universel. Lambi Golo, le nouvel album de Touré Kunda est disponible chez Soulbeats Records.

Sabrina Daniel-Calonne ingénieure culturelle spécialisée en art contemporain. Elle a réalisé le projet interactif Art + Casamance. Un documentaire web qui raconte 6 rencontres avec des artistes et un collectionneur de Ziguinchor en Casamance avec l’envie de partager les réflexions que ces rencontres suscitent sur la production et la diffusion de l’art, en Afrique de l’Ouest, en écho à une médiatisation importante de l’art contemporain africain aujourd’hui.

Andréa Bescond, Éric Métayer et Laurane Pardoen, le théâtre donne des «elles»