rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Littérature sans frontières
rss itunes deezer

L'écrivain américain Mischa Berlinski en Haïti

Par Catherine Fruchon-Toussaint

Né à New York en 1973, Mischa Berlinski a été journaliste avant de se consacrer à l’écriture. Son premier roman, Le Crime de Martiya Van der Leun (Albin Michel, 2010), finaliste du National Book Award, a été traduit dans une dizaine de langues et récompensé par le prestigieux Whiting Award, qui distingue chaque année de jeunes auteurs particulièrement prometteurs. Il vit aujourd'hui à New York avec sa famille.

Dieu ne tue personne en Haïti, directement inspiré de son expérience personnelle, est son deuxième roman. Il est traduit de l'anglais par Renaud Morin aux éditions Albin Michel.

Couverture du roman "Dieu ne tue personne en Haïti" Fritzner Lamour, 2007 © Galerie Monnin

« Jérémie, "la Cité des poètes", est une petite ville d’Haïti qui semble coupée du monde faute de routes praticables. C’est là, face à une mer de carte postale, qu’atterrit l’Américain Terry White, ancien shérif de Floride, après avoir accepté un poste aux Nations unies. Rapidement happé par la vie locale et ses intrigues politiques, il se lie d’amitié avec Johel Célestin, un jeune juge respecté de tous, qu’il convainc de se présenter aux élections afin de renverser le redoutable sénateur Maxime Bayard, un homme aussi charismatique que corrompu. Mais le charme mystérieux de Nadia, la femme du juge, va en décider autrement, alors que le terrible séisme de 2010 s’apprête à dévaster l’île... » (Présentation de l'éditeur)

L'écrivain français Emmanuel Grand, lauréat du Prix Landerneau Polar 2018