rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Chronique des Matières Premières
rss itunes deezer

Chêne français vendu en Chine: l'hémorragie selon l’industrie du bois

Par Claire Fages

Le phénomène inquiète le secteur de la transformation du bois en France : le chêne des forêts françaises part vers la Chine dans des proportions de plus en plus grandes.

Les importateurs chinois sont aujourd'hui prêts à payer près de 360 dollars le m3 de chêne français, 100 dollars de plus que l'an dernier ! Pas étonnant que 92 000 m3 de chêne brut aient pris la direction de la Chine rien qu'au premier trimestre de cette année. Une hausse de 20 % par rapport à la même période l'an dernier.

Une grume de chêne sur trois exportée

L'année 2017 avait déjà connu un bond des exportations françaises de plus de 45 %. Si la tendance se poursuit, en 2018, une grume sur trois c'est-à-dire un tronc de chêne brut sur trois quittera le territoire hexagonal pour être transformé à l'étranger. 10 fois plus qu'il y a dix ans !

En France, l'industrie de transformation du bois s'alarme. Elle a déjà fait part de son inquiétude à plusieurs reprises, mais cette fois, elle évoque une véritable « hémorragie ». Et une « catastrophe annoncée » pour ses usines.

L’industrie française du bois manque de chêne

Paradoxalement cette industrie française de transformation du bois n'a plus assez de matière première, le chêne, alors que la demande de produits en chêne, de parquets par exemple, est de plus en plus grande en France et à l'étranger ! 40 % des capacités des usines françaises sont inutilisées, le nombre de scieries a déjà été divisé par deux en dix ans. 26000 emplois sont en danger, rien que dans la filière de transformation du chêne.

Promesse présidentielle

Relocaliser en France l'industrie du bois semble pourtant une priorité d'Emmanuel Macron. Le président français l'a redit lors de sa visite dans une scierie des Vosges le mois dernier, et c'était déjà un engagement de campagne. Mais les mesures tardent à venir. Les pays forestiers concurrents ont interdit l'exportation du bois brut, souligne la filière, y compris la Chine.

Des quotas d’exportation ?

Les professionnels du bois demandent au moins des quotas qui limiteraient les exportations des grumes de chêne, une lutte contre la fraude et des aides à la transformation locale. En 2015, un label Union européenne avait encouragé la première transformation c'est-à-dire les sciages sur le sol européen, mais seule la forêt publique française s'est engagée dans cette démarche, cela n'a pas suffi à inverser durablement la tendance.

L'huile de palme RSPO durcit ses critères et s'étend aux petits producteurs

Les taxes de Trump et la future réunion de l'OPEP tassent les prix du pétrole

Pour épargner l’eau du Nil, l'Egypte importe du riz pour la première fois

Contre les importations, les agriculteurs français vont bloquer les raffineries

Stocker l'uranium pour faire remonter les cours: le pari d'un banquier londonien