rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Afrique Économie
rss itunes deezer

Le secteur minier au Sahel et en Afrique de l’Ouest mobilise à Londres

Par Stanislas Ndayishimiye

Représentants de compagnies minières internationales, d’investisseurs et de fournisseurs de technologie de pointe se sont retrouvés la semaine dernière à Londres, aux côtés de responsables gouvernementaux du Sahel et d’Afrique de l’Ouest, une région où l’exploration et l’exploitation minières ont pris de l’ampleur ces dernières années.

- « Ils ont trouvé le plus grand gisement du monde… de graphite » [en Guinée]

- « Graphite, ah oui oui… »

C’est une conversation en aparté entre participants au salon de Londres dédié au secteur minier au Sahel et en Afrique de l’Ouest. Cette sous-région du continent a d’énormes potentialités et les différents pays concernés en sont conscients, selon Christian Mion, directeur chez EY (ex Ernest & Young) et l’un des 12 associés du secteur minier.

« La plupart des pays d’Afrique de l’Ouest ont investi massivement et de manière intelligente, à la fois dans l’élaboration de codes miniers ayant un esprit de situation gagnant – gagnant, toujours attractif et à la fois de développer parallèlement un certain nombre de politiques d’investissement qui font que sur la scène internationale où la compétition fait rage, les investisseurs regardent aujourd’hui l’Afrique de l’Ouest avec beaucoup plus d’intérêt, en se sentant mieux sécurisés que dans le passé»

Alors que de nouvelles mines sont mises en exploitation dans la sous-région ouest-africaine, les explorations se poursuivent afin de trouver de nouveaux gisements, en particulier des minéralisations aurifères, explique Laurent Millo, directeur de la géologie pour l’Afrique de l’Ouest chez Acacia Mining.

« La sous-région n’est pas encore complètement explorée. Il y a encore de vastes portions de terrains qui n’ont pas fait l’objet de prospection minière et donc il y a un potentiel énorme en Afrique de l’Ouest d’un point de vue prospection et recherche. »

Un accord de prospection ne conduit pas toujours à l’exploitation minière

La Guinée est aujourd’hui l’un des pays d’Afrique de l’Ouest qui place le secteur minier parmi ceux qui peuvent favoriser la croissance économique. Mohamed Lamine Sy Savané, directeur général du centre de promotion et du développement minier au ministère des Mines, dit que la Guinée encourage les investissements dans le secteur.
« Notre pays a réussi à mettre en place une nouvelle procédure qui guide l’octroi des titres miniers au niveau du cadastre. Le temps aujourd’hui varie de 7 à 15 jours pour un requérant qui veut travailler dans le domaine minier. Autant dire aux investisseurs que la Guinée est une destination privilégiée pour travailler dans toutes les substances aujourd’hui, de la bauxite, du diamant, de l’or et des métaux de base et pourquoi pas le fer… »
Le fer, dont les cours sont au plus bas aujourd’hui. Son exploitation en Guinée a même été délaissée au profit de la bauxite.

 

Les mines est secteur où il faut de la patience. Selon certains, sur 100 permis d’exploration délivrés, un seul aboutit à l’exploitation.

Sénégal: Solutroniq répare et innove dans le domaine des nouvelles technologies

Guinée: créer de l'emploi local en zone minière pour apaiser les tensions sociales

L'Afrique et sa diversité de fréquentation touristique au salon Top Resa de Paris

La santé, l’agro-industrie et le BTP au centre des Rencontres Africa 2018 à Paris