rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Justice: «chemise arrachée», trois à quatre mois avec sursis en appel pour quatre ex-salariés d'Air France
  • Italie: le président convoque Giuseppe Conte, Premier ministre pressenti, à 15h30 TU (présidence)
  • Le blogueur et journaliste égyptien Waël Abbas a été arrêté au Caire dans la nuit de mardi à mercredi (avocat)
  • Edouard Philippe annule un déplacement en Israël et dans les territoires palestiniens «pour des raisons d'agenda intérieur» (Matignon)
  • La Commission européenne souhaite obtenir de l'Italie «une réponse crédible» sur sa dette publique
  • Japon: des conduites d'air rouillées repérées dans douze réacteurs nucléaires (autorités nucléaires)
  • Transports: «Vot'action» SNCF, 94,97% des votants se disent contre la réforme gouvernementale (syndicats)
Invité de la mi-journée
rss itunes deezer

L’attaque au couteau, un terrorisme low-cost préconisé par Daech

Par Florent Guignard

Armé d'un couteau d'une lame de 10 centimètres, un individu d'origine tchétchène a tué une personne et blessé quatre autres lors d'une attaque samedi soir à Paris. C'est ce que certains appellent dorénavant le terrorisme "low cost". Ces attaques correspondent en tout cas à la doctrine prônée depuis plusieurs années par les responsables de l'État islamique, qui encourage les terroristes à frapper avec des moyens logistiques très réduits à l'image des voitures bélier ou des couteaux. Wassim Nasr, journaliste à France 24 et spécialiste des réseaux jihadistes était l’invité de la mi-journée de RFI .

Serge Ollivier (chercheur): «Pour les opposants les dés sont pipés au Venezuela»

Le mariage du prince Harry et de Meghan: «réglé comme du papier à musique»

«La France n'a jamais vraiment cru en l'Eurovision ces dernières années»

Malaisie: le retour au gouvernement de Mahathir Mohamad, porté par l'opposition

Bicentenaire de Karl Marx: «Aujourd'hui la révolte, c'est une révolte dans les urnes»