rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité Afrique soir
rss itunes deezer

Comment se finance le groupe Boko Haram?

Par Pierre Pinto

Emmanuel Macron a clôt ce jeudi après-midi à Paris une conférence internationale contre le financement du terrorisme. Près de 500 experts et 80 ministres de 72 pays y étaient réunis à huis clos pour évoquer les moyens de lutter contre le financement de Daech et d'al-Qaïda qui disposent encore aujourd’hui de sommes d’argent considérables. Plusieurs pays africains se sont associés à cette conférence. Nous faisons le point sur Boko Haram, toujours actif au Nigeria mais aussi au Niger, au Tchad et au Cameroun. Comment se finance ce groupe ? Pierre Pinto a posé la question à Marc-Antoine de Monclos, directeur de recherche à l'Institut de Recherche pour le Dévelopement.

Philippe Njaboué, chef de projet de l'association Alternative Cote d'Ivoire

Alexandra Bilak, directrice de l’IDMC: «Le déplacement interne a un impact humain»

Alhadji B.Nouhou: «Les Africains ne font que suivre l'opinion majoritaire de certains États Arabes»

Mali: «La protection des personnes atteintes d’albinisme doit être renforcée»

Conflit dans le Kasaï: le cri d'alarme de l'Unicef sur la situation des enfants

Côte d'Ivoire: crise postélectorale de 2011, des ONG dénoncent le projet d'amnistie

Nord du Mali: les alliances de Barkhane «contre-productives», pour André Marty

Burundi: «Large campagne d’intimidation pour ceux qui sont contre le référendum»

Mali: «Trois groupes armés locaux se retrouvent à l’intersection de combats»

«J’ai dit au président Kabila que j’étais inquiète du niveau de violence en RDC»

Opposition en Angola: «tout le monde est surpris par la vitesse du changement»

«La SADC a toujours choisi les crises dans lesquelles elle voulait s'impliquer»

Présidentielle en Algérie: l'appel du FLN à une 5e candidature de Bouteflika

Traçabilité des minerais: «Nous voulons plus de rigueur mais pour tous les pays»