rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité Afrique
rss itunes deezer

Filip Reyntjens: «Pour Nkurunziza, c'est Dieu qui l'a désigné président»

Par Jean-Jacques Louarn

Le référendum constitutionnel du 17 mai au Burundi. Ce vote doit permettre au président Nkurunziza de potentiellement rester au pouvoir jusqu’en 2034. Les Burundais ont le choix entre « ego » ou « oya » en kirundi, « oui » ou « non » en français… Mais les Burundais ne connaissent pas encore la question référendaire et le contenu même du projet de nouvelle Constitution… Et puis les Burundais pourront-ils dire « oya », « non » ? Ce référendum va-t-il mettre fin à l’Accord d’Arusha ? Pierre Nkurunziza croit fermement que Dieu l’a placé à la tête du pays. Où va le Burundi ? Filip Reyntjens, professeur émérite à l’université d’Anvers, spécialiste de la région des Grands Lacs, répond aux questions de Jean-Jacques Louarn.

RCA: «Les accords de Khartoum piétinent complètement notre Constitution»

Volcan sous-marin à Mayotte: «On a vraiment affaire à un évènement exceptionnel»

Victoire de l'Algérie: «C'est une belle équipe qui remporte cette compétition»

Dangbet Zakinet: «L'impact de Boko Haram est énorme» sur la région du lac Tchad

Décès d'Ousmane Tanor Dieng: «Le Parti socialiste sénégalais est orphelin»

J. Morisset (économiste): «Il faut structurer la filière cacao» en Côte d'Ivoire

Sites burkinabè au Patrimoine mondial de l'Unesco: «Ces sites sont exceptionnels»

Présidentielle en Algérie: «Il est temps de mettre en place des mesures»

«Diasporas africaines» à l'Élysée: «Un coup de com du président français»

RDC: il faut accélérer la lutte contre l’impunité au Kasaï, pour les experts de l'ONU

Libye: «Les Nations unies doivent lancer une réelle et puissante initiative»

Ethiopiens d'Israël: «Le gouvernement n'a pas intérêt à aggraver la situation»

«Au Sahel, il faut une coalition internationale» selon le président du Niger

V. Foucher: «Depuis cinq ans, la tension à Bissau se déploie sur l’institutionnel»

Migrations: «Ces morts sont une coproduction méditerranéenne euro-libyenne»