rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité Afrique soir
rss itunes deezer

Algérie: affaire des femmes lynchées à Hassi Messaoud, Fatiha Maamoura se souvient

Par Jean-Jacques Louarn

Autre temps, autre époque en Algérie. Le 13 juillet 2001, Hassi Messaoud, à 800 km au sud-est de la capitale, un imam ordonne le lynchage des femmes du quartier d’El Haïcha, qui « excitent de leurs pulsions pécheresses les hommes »... Au cours de la nuit, 500 hommes torturent et violent des dizaines de femmes aux cris de « Dieu est grand ». Un lourd silence s’abat sur cette tragédie. En 2010, deux femmes meurtries, Rahmouna Salah et Fatiha Maamoura, écrivent avec la comédienne et femme de lettres Nadia Kaci un livre témoignage, Laissées pour mortes* paru aux éditions Max Milo. Fatiha Maamoura, qui fut la première victime de ce 13 juillet, a reconstruit sa vie en France depuis 2010. Elle témoigne au micro de Jean-Jacques Louarn.


* Le livre Laissées pour mortes de Nadia Kaci a été mis en scène en 2011.

Traçabilité des minerais: «Nous voulons plus de rigueur mais pour tous les pays»

Burundi: «L’ampleur de la répression est supérieure à ce que l’on a pu documenter»

Crise alimentaire au Burkina: «Il faut renforcer les moyens de production»

Le port de Berbera, source de tension entre Mogadiscio et les Emirats arabes unis

RDC: «Le CLC appelle à l'assainissement de l'environnement pré-électoral»

Richard Moncrieff: «On ne croit pas qu'il faut rejeter l'utilisation des machines à voter»

VIH: peu de médecins pour faire face à l'épidémie en Afrique, selon le Dr. Sylla

Winnie Mandela: Denis Goldberg souligne «sa grandeur, malgré ses faiblesses»

Mort de Winnie Mandela: « Ce qui va rester, c’est sa lutte, c’est son combat»

Mali/Sophie Pétronin: «Il faut que ma mère puisse savoir où elle en est»

Afrique du Sud/France: «Pourquoi Dulcie September a été tuée et qui l’a tuée?»

Ethiopie: «Avec l’élection d’Abiy Ahmed le pouvoir reconnaît le rôle des Oromo»

Angola: six mois après l’investiture de Lourenço, quelle liberté pour la presse?

Patrice Talon: «Ni Bolloré, ni Pétrolin ne sont en mesure de nous accompagner dans ce projet»