rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité Afrique
rss itunes deezer

Tiéna Coulibaly: «Il faut arrêter de culpabiliser l'armée malienne»

Par Marie-Pierre Olphand

Que s’est-il passé à Dioura dans le centre du Mali vendredi dernier ?
L’armée malienne a annoncé la mort de quatorze suspects terroristes suite à une présumée tentative d’évasion. Mais cette version est contestée par plusieurs témoignages et des proches des victimes qui font état d’exécutions sommaires par des militaires maliens. Pour faire la lumière sur les événements, le procureur militaire a été saisi. Le ministre de la Défense Tiéna Coulibaly a exprimé hier dans un communiqué sa vive préoccupation suite à la mort de « suspects terroristes en possession d’armes de guerre ». Que répond-il aux informations qui font état d’une bavure ? Il répond aux questions de Marie-Pierre Olphand.

Rfi: Que savez-vous à ce stade sur les évènements de Dioura, sachant que plusieurs informations font état aujourd’hui d’une bavure de l’armée d’exécutions sommaires ?

Tiéna Coulibaly : Je ne connais pas le nombre de morts. Je ne sais pas s’il y a eu exécutions sommaires. Ce que j’ai comme information, c’est qu’il y a eu mort d’hommes. Donc, c’est le procureur militaire qui va clarifier la situation. Il va dire effectivement qui a tué, par qui ils ont été tués et comme cela a été fait. Donc tout cela permettra de savoir s’il y a eu effectivement un crime et qui est le criminel. Donc, la justice interviendra comme la loi le dit.

 

On parle de victimes tuées par balles, voire égorgées pour certaines. Vous avez eu cette information ?

Non, je n’ai pas eu de précision sur comment les gens ont été tués. Franchement, je pense qu’il faut arrêter de culpabiliser l’armée, arrêter de dire des choses qui ont un caractère tendancieux. L’armée du Mali est là pour tous les Maliens. L’armée du Mali n’est là contre personne. Nous demandons à l’armée d’exécuter sa mission dans le respect strict de la loi. Et lorsque quelqu’un sort de la loi, il reçoit le traitement approprié dicté par la loi.

 

Si jamais il s’avererait qu’une bavure a eu lieu à Dioura, est-ce que vous vous engagez à ce que les responsables soient punis, soient jugés ?

Absolument. C’est la loi du Mali qui le dit et la loi du Mali sera appliquée dans toute sa rigueur. Je voudrais aussi dire que l’armée du Mali, ce n’est pas ça, ce n’est pas ça nos instructions et ce n’est pas ça l’action au quotidien de l’armée malienne. Je ne suis pas en train de dire qu’il n’y a pas eu de bavure, puisque je suis informé qu’il y a eu mort d’hommes, il a bien fallu que ceux qui sont morts sont morts d’une manière ou d’une autre. Ce n’est pas exclu qu’il y a eu une bavure. Tous ceux qui auront agi illégalement seront punis par la loi.

 

Une vidéo circule actuellement sur plusieurs militaires maliens qui sont en train de battre et de ligoter trois hommes, en habits traditionnels, et qui disent en bambara : « On va vous tuer sur place ». Est-ce que vous avez eu vent de cette vidéo ? Est-ce que ces hommes ont été identifiés ?

En fait, est-ce que la vidéo, c’est la vidéo des soldats maliens ? Moi je ne sais pas madame. Il m’est revenu que les tenues, que portent en tout cas les gens dans cette vidéo-là que je ne n’ai pas vue, ne sont pas aujourd’hui utilisées par l’armée malienne du tout. Alors donc, aujourd’hui nous ne savons pas d’où cette vidéo vient, on ne sait pas où elle a été tournée, on ne sait pas qui sont les hommes qui parlent, on ne sait pas qui sont ces hommes qui sont battus ?

 

Est-ce que c’est une vidéo que vous allez regarder ?

Oui, j’en ai entendu parler et je vais la regarder, absolument. Je suis ouvert à tout. Je réponds à toutes les questions. Mais je veux qu’on dise la vérité, c’est-à-dire que tous les jours des terroristes sont tués partout à travers le monde. Pourquoi on veut faire croire que l’armée du Mali, elle, est dirigée non pas contre les terroristes, mais contre des citoyens maliens. C’est totalement insensé. L’armée du Mali n’est pas coupable. Une personne, un militaire ou un autre peuvent être coupables, mais pas l’armée du Mali.

 

Est-ce que vous avez le sentiment qu’il y a un malaise au sein de l’armée, et que certains sont en porte à faux et se désolidarisent aujourd’hui d’agissements individuels de la part de militaires ?

Vous savez très bien que cela est faux. Si cela avait été vrai, cela aurait été su. L’armée du Mali a le moral au beau fixe parce que l’armée du Mali est soutenue par le peuple du Mali. Alors qu’il y ait parmi les militaires quelques écervelés par ci par là,  mais qu’il y a surtout dans ceux qui font les commentaires beaucoup de gens qui veulent faire croire tout à fait le contraire de ce qui est, ça nous n'en pouvons rien. Mais nous pouvons quand même le combattre. Nous voulons que la vérité soit sue. Et la vérité, c’est que l’armée du Mali travaille dans le respect des lois du Mali.

 

Que répondez-vous à ceux qui pointent des problèmes dans la chaîne de commandement, qui pourraient expliquer des dérapages ?

Je leur dis que celui qui est le premier responsable dans la chaîne de commandement, c’est moi, et que je suis totalement satisfait. Ma chaine de commandement marche bien. Je ne dis pas du tout qu’il n’y a pas de place à l’amélioration. Mais il n’y a pas de dissident au sein de l’armée du Mali.

 

Pas de malaise ?

Pas du tout. Pourquoi voulez-vous trouver un malaise ? Nous sommes déjà en guerre, c’est déjà beaucoup pour nous. Il ne faut pas nous créer des problèmes. La guerre, c’est déjà beaucoup de problèmes. L’armée du Mali est chargée par l’Etat du Mali de protéger les citoyens du Mali et leurs biens. Et c’est cela que l’armée fait, c’est cela que nous lui demandons. Toutes les fois que quelqu’un fera un dérapage, il sera traité conformément à la loi.

Congo-Brazzaville: «Le procès du général Mokoko aura lieu dans quelques semaines»

Maurice Kamto: «C'est le dialogue des Camerounais qui donnera la forme de l'Etat»

Bruno Le Maire: «Le franc CFA garantit à tous ses états membres de la stabilité»

Jean-François Bayart: «Derrière le terrorisme, il y a des questions politiques»

J-P Lacroix (ONU): «Mobiliser tous ceux qui sont en faveur de la paix en RCA»

L’ex-député F. Loncle commente «Les leçons du pouvoir», livre de F. Hollande

Martin Ziguélé (RCA): «Tout problème politique peut être réglé par un débat»

J-P. Mignard (avocat): l’intervention au Mali, «la grande œuvre de F.Hollande»

Génocide rwandais: «Jusqu'au bout, la France va soutenir les exterminateurs»

Génocide rwandais: pour Guillaume Ancel, «la France a soutenu un régime génocidaire»

Félix Tshisekedi: «Je n'ai ni l'intention ni l'ambition de me mesurer à ce qu'a été mon père»

R. Lamamra (UA): «Le départ de l’Amisom n’est pas à l’ordre du jour» en Somalie

G. Lory: «Résistante, Winnie a porté toute l’image de N. Mandela sur ses épaules»

Gérard Prunier: en Ethiopie, «le pouvoir du 1er ministre sera très limité»

Prof. Alves da Rocha (Angola): «Le peuple souffre de la perte du pouvoir d'achat»

Condamnation de Khalifa Sall: «C'est une honte sur la démocratie sénégalaise»