rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité Afrique
rss itunes deezer

Génocide rwandais: pour Guillaume Ancel, «la France a soutenu un régime génocidaire»

Par Pierre Firtion

Le Rwanda commémore ce samedi le 24e anniversaire du génocide qui a fait 800 000 morts entre avril et juin 1994. Le rôle de la France fait toujours l’objet d’un intense débat. Dans un livre qui vient de paraître, un ancien officier français estime que Paris a tardé à prendre ses distances avec le régime génocidaire, contredisant ainsi la version officielle. Guillaume Ancel, c’est le nom de cet officier est l’invité de Pierre Firtion.

RFI: Vous êtes un ancien officier français. Vous publiez « Rwanda, la fin du silence », aux éditions les Belles Lettres. A l’époque où vous étiez officier de guidage de tir aérien, détaché auprès de la légion étrangère, vous avez passé 50 jours sur place. Clairement, pour vous, la France a-t-elle protégé le régime génocidaire ?

Guillaume Ancel: J’ai passé 50 jours en opération qui sont devenus 25 ans d’interrogations parce que clairement, pour moi, ce que nous avons fait est inqualifiable. C’est-à-dire que nous sommes venus, aux côtés des génocidaires.

Dans un premier temps, nous avons essayé de les remettre au pouvoir. Ensuite, nous avons protégé leur fuite et nous les avons laissés commettre l’exode de leur population, ce qui a quand même détruit 100 000 vies de plus et enfin, nous les avons réarmés dans des camps de réfugiés, au Zaïre, alors que nous étions sous embargo humanitaire de l’ONU.

Voilà. Et cela, nous l’avons fait en se couvrant derrière un paravent humanitaire qui a été réel en effet car il y a eu des opérations humanitaires. Le problème, c’est que sous ces opérations humanitaires, nous avons clairement soutenu un régime génocidaire dont le gouvernement savait, à l’époque, que c’était eux qui étaient au cœur du génocide des Tutsis au Rwanda.

Clairement, pour vous, ce n’était donc pas une intervention humanitaire de la France ? Cela, c’est la version officielle de la France ?

Ce que je raconte, dans mon témoignage, est purement factuel. A mon sens, ce que nous avons fait ne peut pas vraiment être qualifié d’intervention humanitaire sauf à dire que j’étais responsable des frappes humanitaires au Rwanda.

Vous dites, dans ce livre, que la France s’est servie de la zone humanitaire qu’elle contrôlait pour aider des membres du gouvernement rwandais à fuir vers le Zaïre ?

Si elle n’avait fait que cela… En plus, j’y ai assisté, c’est-à-dire que nous avions reçu l’ordre du plus haut niveau de l’Etat - je pense que les ordres arrivaient directement de l’Elysée - d’escorter poliment les derniers membres du gouvernement génocidaire pour qu’ils puissent aller se réinstaller au Zaïre.

Il y a un autre point, une scène assez incroyable que vous racontez, sur la base de l’aéroport de Cyangugu, en juillet 1994, où on vous demande de détourner l’attention de journalistes pour cacher le départ d’un convoi de camions vers le Zaïre. Ce sont des camions chargés d’armes destinées aux forces armées rwandaises. En clair, vous accusez la France d’avoir réarmé des soldats en déroute ? C’est grave.

Mais je n’accuse pas. Je témoigne de ce que j’ai fait, de ce que j’ai vu. Je dis que la France a livré des armes aux génocidaires dans des camps de réfugiés, au Zaïre, alors que nous étions sous un embargo humanitaire de l’ONU et qu’en plus, la France s’est permis, pendant pratiquement 25 ans, de mentir aux Français sur une opération qui a été menée, en son nom, et de mentir au monde entier sur l’intention humanitaire de cette intervention au Rwanda.

Je pense qu’il est temps que nous remettions la réalité sur la table et surtout que nous en finissions avec ce sarcophage digne de Tchernobyl, comme si on allait régler le problème du génocide en l’enterrant.

Pourquoi publier ce témoignage aujourd’hui, 24 ans après les faits ?

Je rappelle que je parle de ce sujet depuis pratiquement 25 ans, que quand j’étais dans l’armée, j’étais soumis à l’obligation de réserve et qu’on m’a interdit de témoigner devant la mission parlementaire d’information.

Quand j’ai quitté l’armée, j’ai souhaité témoigner publiquement sur le sujet. Je l’ai fait. Cela fait pratiquement six ans maintenant que j’écris et que je témoigne sur le sujet. J’ai été, soigneusement et de manière répétée, menacé, pressuré pour me taire. C’est pour cela que j’ai décidé, il y a deux ans, d’écrire intégralement mon témoignage pour qu’il ne puisse plus être effacé.

C’est un témoignage qui est extrêmement détaillé. Beaucoup d’autres livres ont été publiés sur ce sujet. Il y a notamment d’autres témoignages de militaires qui racontent une toute autre histoire que la vôtre ?

D’anciens militaires et de militaires qui ont participé à l’opération Turquoise, en réalité, il n’y a que cinq livres.

Il y en a deux qui disent que cette opération était parfaitement humanitaire et qui auraient pu être écrits par le service des Relations publiques des armées.

Il y en a un qui est une terrible ambiguïté puisqu’il explique que c’est vraiment dommage qu’on n’ait pas continué à se battre pour les génocidaires.

Puis, il y en a deux dont celui de mon compagnon d’armes, Thierry Prungnaud [" Silence Turquoise " 2012], un sous-officier d’élite du GIGN qui dit : ce que nous avons fait sur le terrain ne correspond absolument pas à ce qu’on vous a raconté. Par conséquent, vous devriez exiger au moins une chose, c’est que l’on ouvre - après 25 ans, c’est ce qui est totalement incroyable - les archives de cette intervention. Puisqu’elle est réputée être humanitaire, pourquoi donc boucler les archives ?

Vous dites que vous ne voulez pas juger vos anciens compagnons d’armes. A travers ce témoignage, vous vous adressez donc clairement aux responsables politiques de l’époque, aux décideurs politiques dont vous parliez ?

Tout à fait. En aucun cas, je ne me permettrais de critiquer mes compagnons d’armes pour une simple raison, c’est que j’étais avec eux. Ce serait donc me suicider. Je suis désolé, ce ne sont pas eux qui ont décidé de ces opérations, ce sont les décideurs français de l’époque. Aujourd’hui, il n’en reste pas beaucoup mais je pense qu’il serait grand temps qu’on les interroge.

Vous avez Hubert Védrine qui était secrétaire général de l’Elysée ; Alain Juppé qui était ministre des Affaires étrangères et Paul Quilès qui, manifestement, a été le principal acteur du sarcophage de béton qu’on a recouvert sur la réalité de cette opération. Demandons-leur de s’expliquer sur la base des archives qui seraient ouvertes et sur lesquelles on trouvera beaucoup de choses intéressantes.

Rachid Ndiaye: «Non, il n'y a pas de militarisation du régime» en Guinée

François Mattei: «Si Gbagbo sort de prison, on peut supposer qu'il sera candidat en 2020»

Sydia Touré (Guinée): «Cette gouvernance-là ne nous permettrait pas d’avancer»

Nobel 2018, le docteur Mukwege: «quand on ajoute l'indifférence à l'impunité»

Elevage et transhumance en Afrique: l’insécurité limite l’accès aux ressources

Dr. Krug (OMS)«On est en train de voir une hécatombe sur les routes africaines»

Etelle Higonnet: «L'industrie doit arrêter d'accepter le cacao issu de la déforestation»

Gilbert Bawara: «Les Togolais n'accepteront pas de détruire leur propre pays»

George Weah: «En 9 mois, on a réalisé plus que lors des 12 ans du mandat précédent»

G5 Sahel: «Nous espérons que les contributeurs répondront à leurs engagements»

Procès Gbagbo: pour Stéphanie Maupas, «la défense a plutôt marqué des points»

«Congo Files»: «Une certaine lenteur, [...] pas une volonté délibérée d’entraver»

Région du lac Tchad: «une montée en puissance de Boko Haram vraiment préoccupante»