rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Bonjour l'Europe
rss itunes deezer

Présidentielle russe: un résultat déjà connu dans les pays baltes

Par Marielle Vitureau

Dimanche, les Russes se déplacent aux urnes pour élire leur président. Le résultat semble sans surprise et la réélection de Vladimir Poutine paraît acquise. Comment voit-on la Russie dans les pays limitrophes ? Ce nouveau sacre du président russe inspire-t-il la crainte ? A Vilnius en Lituanie, les élections ne font pas la Une de la presse.

En Lituanie, il y a des sujets nationaux bien plus explosifs. Quelques milliers de personnes ont manifesté jeudi dernier, car le Parlement n’a pas voté la destitution d’un député qui avait des liens avec un ancien agent du KGB.

En Lettonie, le scandale financier qui secoue le pays depuis un mois concerne l’argent russe déposé et blanchi dans les banques lettonnes. Malgré tout, beaucoup de ces sujets sont en lien avec la Russie. Moscou est toujours sur le radar des pays baltes et la tenue des élections ne bouleverse pas la donne outre mesure. Beaucoup partagent le sentiment de déjà bien connaître le futur maître du Kremlin.

Pourtant, Moscou n’a jamais digéré la sortie des Baltes de l’Union soviétique et ces derniers craignent une possible revanche de Moscou.

Une peur exacerbée par l’annexion de la Crimée

Des trois pays baltes, c’est surtout la Lituanie qui exprime le plus fort ces craintes. La personnalité de la présidente lituanienne y est pour beaucoup. Mais elles sont présentes partout dans la région. Le rapport public des services secrets estoniens publié en début d’année est entièrement consacré à la Russie à ses méthodes d’ingérence et à sa volonté de diviser l’Occident pour mieux régner.

De nombreux facteurs alimentent la peur

C’est par exemple la militarisation de l’enclave de Kaliningrad, la tenue d’exercices militaires russes qui simulent une attaque des pays de l’Otan. L’intrusion d’avions russes dans l’espace aérien balte. Les Baltes doivent aussi régulièrement faire face à des attaques de désinformation. L’une des dernières en date concerne le ministre lituanien de la Défense. Des sites d’informations ukrainien et russe ont annoncé qu’il aurait reconnu l’annexion de la Crimée. Le démenti des autorités a été immédiat.

Les pays baltes sur la défensive

La réponse donnée est surtout militaire pour le moment et c’est la dissuasion. Un bataillon multinational de l’Otan est en poste dans chacun des trois pays baltes depuis un an. Ils sont complètement intégrés dans les brigades locales. Les Lituaniens se sont lancés dans un grand programme d’acquisition de véhicules blindés. En l’espace de 4 ans, le budget de la défense lituanienne a doublé. Cette année, il est de près de 900 millions d’euros. La prochaine question à l’agenda, c’est la défense aérienne. Les trois présidents vont rencontrer Donald Trump début avril et la question sera à l’ordre du jour. Les trois pays baltes consacrent 2 % de leur PIB à la Défense, comme recommandé par l’Otan. L’autre question qui se joue actuellement est la hausse de ce pourcentage. En Lituanie, les avis entre les différentes parties sont divergents.

Dans les Flandres, le Portugal commémore les 100 ans de la bataille de la Lys

Slovaquie: la tension monte suite à l'assassinat d'un journaliste et de sa femme

Autriche: l'extrême droite accusée de vouloir mettre la main sur le renseignement