rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Atelier des médias
rss itunes deezer

Camille Millerand, l’Afrique dans le viseur

Par Ziad Maalouf

Camille Millerand est un jeune photographe français. Il y a quelques jours, il a mis en ligne de son dernier projet, Bled Runner, qui raconte, en quatre étapes, le périple de Kader, Ivoirien de 31 ans basé en Algérie, depuis Alger jusqu'à Koonan, son village natal en Côte d’Ivoire. Une expédition prélude à la réinstallation de Kader dans son pays d’origine. (Le petit film qui retrace ce périple).

Cela fait dix ans ans que Camille Millerand photographie l’Afrique en s’intéressant aux personnes les plus simples, les moins visibles. Il a, par exemple, travaillé sur la vie des étudiants à Abidjan ou celle des journalistes du quotidien ivoirien Fraternité Matin. Ses images sont éclatantes de fraîcheur, de couleur, de réalisme. Elles montrent aussi bien l’intérieur de maisons de fortune calmes et modeste que les rues et leur intensité. On y sent l’amour de cet auteur pour son métier et son sujet. On y sent, aussi et surtout, l’effort et la patience pour apprivoiser des environnement complexes et difficiles d’accès.

Qu’est-ce qui peut pousser un jeune journaliste et photographe français à partir dans des pays lointains, parfois inhospitaliers, pour raconter des vies quotidiennes simples et sans fard ? Vivre de la photographie est déjà une gageure, choisir de travailler sur les migrants subsahariens en Algérie ou les étudiants en Côte d'Ivoire tient du sacerdoce.

«Si je reviens un jour», un webdocumentaire sur le destin d’une lycéenne déportée