rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Aujourd'hui l'économie
rss itunes deezer

Air France: syndicats et direction croisent le fer sur les salaires

Par Aabla Jounaïdi

Près d’un tiers des salariés en grève et la moitié des vols longs-courriers supprimés. Tel est l’état du trafic aérien pour Air France ce jeudi. Pilotes, hôtesses, stewards et personnels au sol sont en grève. Ils veulent obtenir une augmentation générale des salaires de 6 %. Et cela quelques jours après l’annonce de résultats financiers positifs de l’alliance franco-néerlandaise Air France-KLM. Mais pour la direction du groupe français, cette revendication est « déraisonnable » alors que l'entreprise n'a pas encore consolidé sa reprise.

Beaucoup de rouge sur les tableaux d’affichage à Roissy, ce matin. 25 % des vols sont annulés dont la moitié des vols long-courriers. En plein durant les vacances d’hiver, ça fait grincer les dents des voyageurs. Dix syndicats sur 12 de la compagnie mènent une grève qui concerne l’ensemble des métiers. Une telle unité, ça ne s’était pas vu depuis longtemps. La revendication principale, c’est l’augmentation générale des salaires de 6 %. Ce qui correspond à la hausse du coût de la vie depuis 6 ans.

590 millions d’euros de bénéfices pour Air France-KLM

Les syndicats rappellent que depuis 2011, les salaires sont bloqués et que de nombreux sacrifices ont été consentis sur les congés, le temps de travail, et avec des plans de départ, afin de sauver le groupe très endetté. Cette revendication salariale s’exprime alors que la semaine dernière Air France a annoncé de bons résultats financiers pour 2017.

Air France-KLM a dégagé 590 millions d’euros de bénéfices et a réduit sa dette de 2 milliards d’euros. Les salariés veulent leur part du gâteau. Ils refusent de se contenter de l’augmentation de 1 % annoncée en début d’année et ratifiée par deux syndicats minoritaires.

Selon la direction, l’augmentation serait en réalité de 3 à 4,5 % cette année si l’on inclut l’intéressement et les augmentations individuelles. Un effort financier estimé par Air France à plus de 200 millions d’euros. Mais surtout, d’après la direction, les résultats d’Air France sont encore bien en dessous de ceux enregistrés par KLM la compagnie néerlandaise qui compose l’alliance. Sans parler de la comparaison avec les concurrents comme Lufthansa ou British Airways. Pas de quoi s’enflammer donc.

D’après les syndicats grévistes, le dialogue est pour l’instant rompu avec la direction

Les syndicats se réservent le droit de prolonger l’action. À la manœuvre, les pilotes réunis dans trois syndicats SNPL, SPAF et Alter. C’est ce qui inquiète le plus la direction. Elle avait réussi à éteindre un conflit larvé l’an dernier en les associant au projet Joon, la filiale à coûts réduits. Pourtant, cette année, la direction aura plus que jamais besoin de leur adhésion.

Beaucoup de projets s’annoncent : l’acquisition de nouveaux avions, le recrutement de nouveaux pilotes ou encore la perspective de lancer une véritable compagnie low-cost long-courrier pour affronter pour de bon la concurrence. Sans oublier le plan stratégique quinquennal annoncé pour juin prochain.

Montrer les muscles à l’occasion de cette grève pour les salaires de tous les métiers, c’est aussi pour les pilotes le moyen de peser dans les négociations liées à ces projets. Pour l’heure, les grévistes décideront vendredi de la suite à donner au mouvement. Et il n’y a pas qu’à la direction que cela inquiète. Les investisseurs qui s’interrogeaient déjà sur les capacités d’Air France, malgré les bons résultats de 2017, à affronter sereinement cette année ont maintenant de quoi franchement être pessimistes.

En bref,

Toujours en France, les partenaires sociaux se retrouvent ce jeudi pour une ultime après-midi de négociation sur l’assurance chômage

Après trois mois de discussions, cela bloque toujours sur la question de la lutte contre les contrats courts. Faut-il pénaliser ou non les entreprises qui en abusent ? Difficiles également, les négociations sur l’ouverture des droits aux indemnités chômage pour les salariés démissionnaires et les travailleurs indépendants. L’État veut présenter un projet de loi d’ici juin.

Le diesel, en procès en Allemagne

La justice fédérale doit trancher. Les États régionaux pourront-ils décider d’interdire les véhicules diesel pour limiter les émissions d’oxydes d’azote qui tuent prématurément 13 000 personnes chaque année ? Les écologistes, renforcés par les récents scandales, disent oui. Mais la puissante industrie automobile et le gouvernement fédéral sont évidemment contre une mesure jugée coûteuse et impopulaire tant le diesel est roi.

En réponse aux gilets jaunes, Emmanuel Macron cible les travailleurs modestes

France: aux «gilets jaunes», le gouvernement promet une «révolution culturelle»

En France, la colère face à la hausse des impôts et la création de nouvelles taxes