rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Revue de presse française
rss itunes deezer

A la Une: l'immigration, encore et toujours

Par Aurélien Devernoix

Le rapport du député Aurélien Taché remis hier au Premier ministre Edouard Philippe remet encore l'immigration en première ligne. « Un vernis humaniste avant la loi immigration » présentée ce mercredi titre Libération. Vernis car selon le quotidien, il s’agit surtout de compenser le tout répressif que le texte législatif promet. « Caution sociale » renchérit Le Monde qui se penche sur les 72 mesures proposées : notamment l’augmentation du nombre d’heures de cours de français, un accompagnement professionnel ou encore de nouvelles mesures incitatives pour les communes mais aussi les particuliers accueillant des réfugiés. « Une contribution "très utile" » selon Edouard Philippe. « Un peu de baume au cœur et aux consciences des élus macronistes sortis des rangs socialistes » estiment Les Dernières Nouvelles d’Alsace. « Car on redécouvre des marcheurs venant de droite et d’autres de la gauche quand on croyait les frontières abolies » expliquent Les Echos. Pour La Charente Libre, « il y a une bataille qu’aucun gouvernement n’a jamais menée » sur l’immigration, celle de la dignité des personnes accueillies. Si la réforme atteint cet objectif, « ce serait une révolution » poursuit le quotidien.

Autre révolution en cours, en Allemagne où Angela Merkel prépare sa succession.

« AKK, l’atout surprise de Merkel » titrent Les Echos. AKK pour Annegret Kramp-Karrenbauer, qui succèdera à Peter Tauben le 26 février au poste de secrétaire générale de la CDU, le parti de la chancelière. « Une mini Merkel » selon le quotidien économique dont la tâche s’annonce ardue. L’actuelle ministre présidente de la Sarre devra établir un nouveau programme pour le parti, une première depuis 2007. Selon Le Figaro, cette pure politique, avec 30 années d’expérience derrière elle, « bénéficie toutefois d’une grande estime au sein du parti au pouvoir ». Mais encore faut-il que la CDU y reste au pouvoir. « La Groko ou le chaos » titre toujours Le Figaro. La Groko c’est la Grösse Koalition, l’alliance entre la CDU et les sociaux-démocrates du SPD dont les adhérents doivent décider s’ils sont d’accord pour poursuivre leur chemin gouvernemental avec les conservateurs. Le vote des 463 723 adhérents débute ce mardi. « Et si c’est Nein » poursuit le quotidien, la crise en cours depuis 5 mois se prolongera.

En France, c’est une enquête accablante pour l’Unef, le premier syndicat étudiant du pays, que publie ce mardi Libération.

« Abus sexuels, les dérives de l’UNEF » titre le quotidien. Sur 6 pages, et après 3 mois d’enquête, les journalistes Laure Bretton et Ismaël Hallisat détaillent comment durant des années une culture sexiste au sein du syndicat a permis de couvrir des agressions sexuelles et des viols commis par plusieurs de ses membres. Libération a recueilli les témoignages de 16 femmes, victimes entre 2007 et 2015, en particulier sous la présidence de Jean-Baptiste Prévost, lui-même accusé d’abus de pouvoir dans ses relations avec certaines militantes. Dans son éditorial, le quotidien n’épargne pas l’UNEF, réservoir des jeunes pousses de la gauche socialiste : « Une culture du machisme et de la domination sexuelle s’est manifestement installée parfois de manière inconsciente, souvent de manière volontaire, qui a transformé le syndicat en terrain de chasse pour dirigeants prédateurs. » Un article est également consacré à la libération de la parole sur ce sujet grâce « à un regain de sororité » : d’anciennes militantes se sont regroupées pour partager leur expérience et rendre l’affaire publique. « Avant la parole avait pour conséquence de nous isoler » explique l’une d’entre elles, « maintenant elle nous renforce ».

Lui regrette en revanche d’avoir trop parlé : Laurent Wauquiez est toujours au cœur d’une polémique après ses déclarations lors d’un cours qu’il donnait dans une école de commerce.

Le patron des Républicains et ses proches avaient lancé une contre-offensive, critiquant un enregistrement clandestin et des méthodes de voyou de l’émission Quotidien qui en avait diffusé des extraits. Laquelle n’a pas manqué d’en remettre une couche hier soir. « Cette fois Wauquiez dézingue Juppé, Pécresse et le Medef » titre Le Parisien. Dans ces nouveaux extraits, le patron de la région Rhône Alpes critique vertement ses collègues de droite. « Comme à la fête foraine, Laurent Wauquiez fait un carton » ironise Le Courrier Picard. Attention toutefois à la balle dans le pied, puisque le MEDEF, le syndicat patronal, allié traditionnel de la droite, fait aussi partie des cibles. Attention aussi à la contradiction relève Le Parisien, qui note que dans l’un des extraits diffusés hier soir, Laurent Wauquiez affirme je cite « dès que j’ai plus de deux personnes autour de moi, il faut toujours que je me dise que tout ce que je dis va sortir ». Le Figaro de son côté déplore une affaire qui pourrait encore aseptiser la parole politique, rappelant que pour les journalistes, le respect de la confidentialité « est la condition d’une parole libre et d’informations utiles ».

A rebours des autres quotidiens français, La Croix consacre sa Une au 1er ministre israélien, Benjamin Netanyahou.

« Nétanyahou malgré tout » titre le journal catholique, expliquant que malgré les soupçons de corruption qui pèse sur lui, le chef du gouvernement « continue de bénéficier d’un fort soutien populaire ». Illustration dans un reportage effectué dans la ville de Dimona dans la région du Neguev : les habitants y sont d’une fidélité sans faille envers le 1er ministre, corruption ou pas corruption. Dans cette zone peu favorisée, le discours anti-élite de Benjamin Netanyahou rencontre beaucoup d’écho. D’ailleurs, « il respire depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche » explique le correspondant de La Croix revenant sur le parcours politique du chef du Likoud, la droite israélienne. Beaucoup d’erreurs, mais une capacité incroyable à rebondir qui lui vaut le surnom de « magicien » ou de « roi d’Israël ». Un animal politique qui se nourrit des polémiques comme l’actuel pensionnaire de la Maison Blanche.

Et puis cette série d’hommages au violoniste Didier Lockwood, disparu dimanche.

Le Monde lui offre sa Une avec ce titre « Le jazz en liberté ». La nouvelle de sa disparition des suites d’une crise cardiaque a pris chacun de court explique le journal « même la mort ». Le Monde qui revient sur ses 40 ans de carrière et notamment sa rencontre décisive avec une autre légende du jazz français Stéphane Grappelli. Deux générations différentes mais une entente parfaite et surtout le goût de la transmission. Libération rappelle ainsi la création PAR Didier Lockwood d’une école de jazz en région parisienne, la rédaction d’un rapport gouvernemental sur l’apprentissage de la musique et sa lutte contre « la panne de sens » qu’il voyait chez les jeunes. Le guitariste Bireli Lagrène rappelle quant à lui le talent musical de Didier Lockwood : « un très grand violoniste, qu’il n’a jamais entendu faire une fausse note ».

A la Une: la France reconnaît sa responsabilité dans la mort de Maurice Audin

A la Une: après de nouvelles révélations embarrassantes pour le président Trump