rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Chronique des Matières Premières
rss itunes deezer

Le pétrole américain s'exporte jusqu'en Chine

Par Claire Fages

Après l'OPEP, c'est au tout de l'Agence internationale de l'Energie de revoir à la hausse la production de pétrole des Etats-Unis. Une production de brut américain qui concurrence aujourd'hui le pétrole de l'OPEP dans son bastion, la Chine.

Du pétrole de schiste américain exporté vers la Chine ! Ce qui n'était qu'une fiction il y a à peine trois ans est en train de se réaliser. Au mois de janvier observe Reuters, les États-Unis ont expédié vers les côtes chinoises 400 000 barils par jour. Valeur : 1 milliard de dollars, de quoi atténuer le déséquilibre de la balance commerciale avec la Chine !

Certes cela ne représente qu'une part marginale, 4% des importations chinoises de pétrole. L'Empire du Milieu se fournit encore majoritairement auprès des pays de l'OPEP et de la Russie. Mais ces derniers ont tout de même des soucis à se faire.

Réactivité du pétrole de schiste américain

Le bond de la production américaine est en effet spectaculaire : +1,3 million de barils par jour en un an, selon l'AIE. L'Agence prédit que les États-Unis vont très rapidement doubler l'Arabie saoudite et en fin d'année la Russie, le premier producteur mondial - même si l’on exclut de leur production les condensats (LGN). Les forages ont repris depuis la remontée des cours mondiaux, que le sacrifice des pays concurrents de l'OPEP a permis.

La force de la production de pétrole de schiste américaine, par rapport aux gisements conventionnels, c'est la réactivité de la fracturation hydraulique : les compagnies indépendantes américaines peuvent très rapidement remettre en production des puits de pétrole incomplètement forés. Il y a en aurait 7500 de ce type aux États-Unis. Depuis le précédent boum du pétrole de schiste, les coûts de production ont en outre fortement diminué.

Décote du WTI sur le marché mondial

Le prix du pétrole américain est de ce fait imbattable. La lourdeur des stocks aux États-Unis maintient le prix du brut léger américain, le « West Texas Intermediate » coté à New York, 3 à 4 dollars sous le prix de référence mondial, celui du pétrole de la mer du Nord, le « Brent » coté à Londres. Le brut léger américain est même moins cher que le « Dubaï », le pétrole lourd du Moyen-Orient. Les cargaisons américaines se vendent comme des petits pains, au comptant, et non pas comme leurs concurrentes du Moyen-Orient sur des contrats à long terme.

Destination la Chine donc, mais surtout le Japon et la Corée du Sud. Même les Emirats Arabes Unis ont importé des condensats des États-Unis, une révolution ! Ce qui limite aujourd'hui les volumes américains, ce sont les capacités portuaires insuffisantes, mais en Louisiane l'opérateur LOOP se prépare à pouvoir charger des supertankers.

Insécurité alimentaire en hausse: l'Afrique soutient trop peu son agriculture

Reconstruction en Irak: la pétrochimie parmi les priorités du gouvernement

Le sorgho américain nouvelle cible de la guerre commerciale sino-américaine

La Côte d'Ivoire veut arracher 100 000 ha de cacaoyers malades du swollen shoot

Dollar et Chine orienteront des marchés bien approvisionnés en 2018 selon Cyclope