rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Urgent
Cour pénale internationale: les procureurs vont faire appel de l'acquittement de Laurent Gbagbo
Reportage Afrique
rss itunes deezer

2. Maroc: les «gueules noires» de Jerada réclament l'intervention de l'Etat

Par Sara Doublier

Au Maroc, un mouvement de contestation agite depuis la fin du mois de décembre la ville de Jerada. Les habitants descendent trois fois par semaine dans la rue pour protester depuis la mort de deux frères dans des mines clandestines de charbon. Les manifestants réclament de l’État qu’il s’attèle à la reconversion économique de cette région déshéritée. Notre journaliste est allée à la rencontre des « gueules noires » de Jerada.

Située à 850 km au nord est de Rabat la capitale et proche de la frontière algérienne, cette agglomération vivait jusque dans les années 2000 grâce à la grande mine des charbonnages du Maroc.

Après la fermeture du site, nombreux sont les habitants, et surtout les jeunes, à continuer à prendre le dangereux chemin du puits clandestin. Des forages rudimentaires réalisés au mépris des régles élémentaires de sécurité pour une revente à des sociétés détenues par quelques notables locaux. Une situation à haut risque tolérée par les autorités en l’absence d’emploi dans la région.

Tchad/réfugiés soudanais [Série1/5]: 14 ans après, le retour de réfugiés au Darfour

Mali [Série 2/5]: comment accueillir les enfants déplacés de la crise sécuritaire

Mali [Série 1/5]: enfants déplacés de la crise sécuritaire, une génération sacrifiée?

Afrique du Sud: violences conjugales, la parole des hommes se libère [série 3/3]

«Etre un homme en Afrique au 21esiècle» [2/3]: Sénégal, affirmer sa virilité par le sport

Etre un homme en Afrique au 21e siècle [Série 1/3]: Kenya, la communauté Maasaï

Sénégal [Série 3/4]: malaise dans le maintien du patrimoine colonial à Saint-Louis

Liberia: la cour spéciale pour crimes de guerre verra-t-elle le jour sous Weah?