rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Reportage International
rss itunes deezer

Les gaz lacrymogènes dans le camp de réfugiés d'Aida au nord de Bethléem

Par Marine Vlahovic

Depuis la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël il y a un mois, la mobilisation des Palestiniens est en dents de scie mais a déjà causé la mort d’une douzaine de manifestants et des centaines de blessés. Des blessés notamment en raison des puissants gaz lacrymogènes utilisés par l’armée israélienne. Même aux Etats-Unis on s’inquiète de cette utilisation jugée excessive. Selon une récente étude de l’Université de Berkeley en Californie ce sont les habitants des camps de réfugiés de Cisjordanie qui en sont les premières victimes, et plus particulièrement le camp d’Aïda, au nord de Bethléem, qui serait l’endroit au monde le plus exposé aux gaz lacrymogènes.

Augmentation d’agressions verbales ou physiques envers les immigrés en Italie

Venezuela: à Caracas, le secteur des transports par bus est paralysé à 80%

Afghanistan: plus de 400 femmes candidates aux élections législatives d’octobre

Etats-Unis: une levée de fonds solidaire réunit une famille immigrée séparée

Italie: la proposition de Matteo Salvini de recenser les Roms crée un malaise

Ukraine : le difficile retour d'anciens prisonniers échangés en décembre 2017