rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Reportage International
rss itunes deezer

Les gaz lacrymogènes dans le camp de réfugiés d'Aida au nord de Bethléem

Par Marine Vlahovic

Depuis la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël il y a un mois, la mobilisation des Palestiniens est en dents de scie mais a déjà causé la mort d’une douzaine de manifestants et des centaines de blessés. Des blessés notamment en raison des puissants gaz lacrymogènes utilisés par l’armée israélienne. Même aux Etats-Unis on s’inquiète de cette utilisation jugée excessive. Selon une récente étude de l’Université de Berkeley en Californie ce sont les habitants des camps de réfugiés de Cisjordanie qui en sont les premières victimes, et plus particulièrement le camp d’Aïda, au nord de Bethléem, qui serait l’endroit au monde le plus exposé aux gaz lacrymogènes.

La venue de Trump au Forum économique de Davos met la Suisse en ébullition

Suspension du TPS aux Etats-Unis, un retour apréhendé pour les Salvadoriens

Allemagne: le syndicat IG Metall réclame le passage de la semaine à 28 heures

Restauration de la mosquée Noh Gombad, un bijou archéologique de l'Afghanistan