rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Xi Jinping inaugure un pont gigantesque entre Hong Kong, Macao et la Chine continentale
  • Etats-Unis/procès Roundup: dommages et intérêts réduits à 78 millions de dollars contre 289 millions
Reportage International
rss itunes deezer

Les gaz lacrymogènes dans le camp de réfugiés d'Aida au nord de Bethléem

Par Marine Vlahovic

Depuis la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël il y a un mois, la mobilisation des Palestiniens est en dents de scie mais a déjà causé la mort d’une douzaine de manifestants et des centaines de blessés. Des blessés notamment en raison des puissants gaz lacrymogènes utilisés par l’armée israélienne. Même aux Etats-Unis on s’inquiète de cette utilisation jugée excessive. Selon une récente étude de l’Université de Berkeley en Californie ce sont les habitants des camps de réfugiés de Cisjordanie qui en sont les premières victimes, et plus particulièrement le camp d’Aïda, au nord de Bethléem, qui serait l’endroit au monde le plus exposé aux gaz lacrymogènes.

Afghanistan: des jeunes et des journalistes candidats aux élections législatives

Portugal: des barrages dans le Haut Tâmega pour produire une énergie propre

Turquie: la crise de la livre affecte de nombreux secteurs de l'économie du pays

Brésil/présidentielle: qui est le candidat Haddad du Parti des travailleurs?