rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité Afrique soir
rss itunes deezer

40 ans du sacre de Bokassa: «Il voulait être le Napoléon africain»

Par Pierre Pinto

Un carrosse imitant celui de la reine d’Angleterre. Une couronne montée de 7 000 carats de diamants, des costumes grandiloquents et une cérémonie calquée sur le sacre de Napoléon. Il y a 40 ans, le 4 décembre 1977, le président à vie, le maréchal Jean-Bedel Bokassa, au pouvoir à Bangui depuis son coup d’État de 1965, se faisait sacrer empereur de la Centrafrique. Le président français de l’époque, Valéry Giscard d’Estaing, qui aime se rendre en Centrafrique pour chasser, n’assiste pas à la cérémonie, mais la France finance le sacre, explique l’ancien grand reporter Jean-Pierre Tuquoi auteur d’un récent ouvrage sur l’histoire du pays, intitulé Oubangui-Chari, le pays qui n’existait pas.

Traçabilité des minerais: «Nous voulons plus de rigueur mais pour tous les pays»

Burundi: «L’ampleur de la répression est supérieure à ce que l’on a pu documenter»

Crise alimentaire au Burkina: «Il faut renforcer les moyens de production»

Le port de Berbera, source de tension entre Mogadiscio et les Emirats arabes unis

Algérie: affaire des femmes lynchées à Hassi Messaoud, Fatiha Maamoura se souvient

RDC: «Le CLC appelle à l'assainissement de l'environnement pré-électoral»

Richard Moncrieff: «On ne croit pas qu'il faut rejeter l'utilisation des machines à voter»

VIH: peu de médecins pour faire face à l'épidémie en Afrique, selon le Dr. Sylla

Winnie Mandela: Denis Goldberg souligne «sa grandeur, malgré ses faiblesses»

Mort de Winnie Mandela: « Ce qui va rester, c’est sa lutte, c’est son combat»

Mali/Sophie Pétronin: «Il faut que ma mère puisse savoir où elle en est»

Afrique du Sud/France: «Pourquoi Dulcie September a été tuée et qui l’a tuée?»

Ethiopie: «Avec l’élection d’Abiy Ahmed le pouvoir reconnaît le rôle des Oromo»

Angola: six mois après l’investiture de Lourenço, quelle liberté pour la presse?

Patrice Talon: «Ni Bolloré, ni Pétrolin ne sont en mesure de nous accompagner dans ce projet»