rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité Afrique soir
rss itunes deezer

40 ans du sacre de Bokassa: «Il voulait être le Napoléon africain»

Par Pierre Pinto

Un carrosse imitant celui de la reine d’Angleterre. Une couronne montée de 7 000 carats de diamants, des costumes grandiloquents et une cérémonie calquée sur le sacre de Napoléon. Il y a 40 ans, le 4 décembre 1977, le président à vie, le maréchal Jean-Bedel Bokassa, au pouvoir à Bangui depuis son coup d’État de 1965, se faisait sacrer empereur de la Centrafrique. Le président français de l’époque, Valéry Giscard d’Estaing, qui aime se rendre en Centrafrique pour chasser, n’assiste pas à la cérémonie, mais la France finance le sacre, explique l’ancien grand reporter Jean-Pierre Tuquoi auteur d’un récent ouvrage sur l’histoire du pays, intitulé Oubangui-Chari, le pays qui n’existait pas.

Philippe Njaboué, chef de projet de l'association Alternative Cote d'Ivoire

Alexandra Bilak, directrice de l’IDMC: «Le déplacement interne a un impact humain»

Alhadji B.Nouhou: «Les Africains ne font que suivre l'opinion majoritaire de certains États Arabes»

Mali: «La protection des personnes atteintes d’albinisme doit être renforcée»

Conflit dans le Kasaï: le cri d'alarme de l'Unicef sur la situation des enfants

Côte d'Ivoire: crise postélectorale de 2011, des ONG dénoncent le projet d'amnistie

Nord du Mali: les alliances de Barkhane «contre-productives», pour André Marty

Burundi: «Large campagne d’intimidation pour ceux qui sont contre le référendum»

Mali: «Trois groupes armés locaux se retrouvent à l’intersection de combats»

«J’ai dit au président Kabila que j’étais inquiète du niveau de violence en RDC»

Opposition en Angola: «tout le monde est surpris par la vitesse du changement»

«La SADC a toujours choisi les crises dans lesquelles elle voulait s'impliquer»

Présidentielle en Algérie: l'appel du FLN à une 5e candidature de Bouteflika

Traçabilité des minerais: «Nous voulons plus de rigueur mais pour tous les pays»