rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Bonjour l'Europe
rss itunes deezer

Royaume-Uni: comment dépister certains cancers dans les centres commerciaux

Par Muriel Delcroix

Dépister certains cancers à l’entrée des centres commerciaux ou dans des parkings : les médecins britanniques tentent l’expérience actuellement dans certaines villes du pays et notamment à Londres. En facilitant l’accès à des cliniques mobiles, l’objectif est d’accroître les chances de détecter la maladie plus tôt et les chances de survie des patients.

Tout commence lorsque le médecin généraliste envoie une lettre à une catégorie ciblée de patients : les fumeurs ou anciens fumeurs de plus de cinquante ans et les invite à passer un test pour vérifier l’état de leurs poumons dans une des cliniques mobiles du NHS, les services de santé britanniques. Il s’agit de petits bus installés certains jours de la semaine près de centres commerciaux, dans des parkings ou dans des endroits fréquentés comme une place de marché. Lors de l’examen, si l’équipe constate des symptômes comme une toux prolongée ou une capacité pulmonaire réduite, le patient passe alors un scanner sur place et va tout de suite être pris en charge à l’hôpital si des signes d’anormalité sont détectés sur les poumons.

Une idée des services de santé

Les services de santé cherchaient un moyen rapide de sensibiliser les personnes les plus à risque plutôt que d’attendre qu’elles se présentent spontanément chez le médecin, dans un pays où obtenir un RDV s’avère un processus souvent difficile qui décourage de nombreux patients. Résultat, le NHS a lancé un premier programme pilote dans la ville de Manchester en installant ces bus médicaux là où les gens sont les plus susceptibles de prendre quelques minutes pour faire un check-up, en faisant leurs courses. L’expérience fut concluante : le pilote a permis de dépister quatre fois plus de cancers du poumon à un stade précoce lorsqu’il y a encore toutes les chances de le soigner avec succès. Au total 80 % des cas ont été détectés très tôt alors que d’habitude, le NHS n’en dépiste que 20 % à ce stade. D’où la décision d’étendre le programme dans l’ouest de Londres, les régions du Yorkshire et de la Combrie dans le nord du pays.

Un dépistage du cancer du poumon particulièrement en retard au Royaume-Uni

Récemment, une étude de l’Organisation de coopération et de développement économique a montré que la Grande-Bretagne était derrière la plupart des pays de l’OCDE en termes de taux de survie au cancer, à la 11e place sur 35 pays. Avec 46 000 cas diagnostiqués chaque année, le cancer du poumon est le cancer le plus fréquent au Royaume-Uni, derrière celui du sein et de la prostate. Mais il est souvent dépisté à un stade déjà très avancé. Les organismes de lutte contre le cancer se félicitent de l’initiative tout en demandant au NHS d’accroître les équipes chargées d’effectuer ces dépistages au sein d’un système qui connaît depuis plusieurs années une grave crise en termes de personnel et de moyens budgétaires.

Laboratoire présumé d’armes en Géorgie: la Russie accuse les Etats-Unis

Autriche: dix ans après la mort de son leader, le FPÖ à l'heure du renouveau

Autriche: haro sur Herbert Kickl, le «cerveau» du parti d’extrême droite FPÖ

Hongrie : les goûts de luxe de l’élite au pouvoir ne plaisent pas à tout le monde

Législatives en Lettonie: les pro-russes et les populistes en pole position

Charles Aznavour: «Pour toi, Arménie», la chanson qui marquera tout un pays

Un projet artistique de reconstruction partielle du mur de Berlin émeut l'Allemagne