rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Revue de presse française
rss itunes deezer

A la Une: Yémen, Macron au secours de l'Arabie heureuse

Par Norbert Navarro

C’est une « escale surprise » que le président français a effectuée en Arabie Saoudite, souligne Le Figaro. Et pas seulement pour y évoquer le sort du Premier ministre libanais Saad Hariri, qui y est toujours après avoir annoncé sa démission la semaine dernière.

Non. Avec le prince héritier Mohammed Ben Salman, Emmanuel Macron voulait aussi évoquer « la montée des tensions avec l'Iran, la guerre au Yémen et la crise avec le Liban », résume Le Figaro.

La tension entre Ryad et Téhéran qui se cristallise dans la guerre au Yémen ? « Il faut (la) stopper », lance La Croix. Et pas seulement en raison de la situation humanitaire au Yémen, au sujet de laquelle les Nations-Unies viennent de sonner l’alarme. « Il faut enrayer cette guerre avant qu’elle ne se propage dans toute la région du golfe Persique », souligne « en Une » le quotidien catholique.

Or la France sur ce sujet « a paru en retrait, remarque La Croix. Soucieuse de ses bonnes relations avec l’Arabie saoudite et avec les Émirats arabes unis (…), elle s’est peu intéressée à un conflit jugé périphérique et de basse intensité ». Et donc, la visite surprise d’Emmanuel Macron hier soir à Riyad « signale peut-être un changement », veut croire ce journal.

Attention, prévient La République des Pyrénées, l’Arabie saoudite et l’Iran ont «  de quoi se détruire l'un l'autre, Ryad pouvant compter sur les livraisons d'armes des États-Unis et Téhéran sur la Russie ». Et ce journal du sud de la France de souligner cet « ultime signe inquiétant : le guide suprême iranien Ali Khamenei a secrètement ordonné un remaniement significatif au sein du Haut-Commandement de l'armée et de la marine iranienne ».

De son côté, le journal La Charente libre souligne le contenu de l’entretien accordé par Emmanuel Macron au magazine américain « Time », dans lequel le président français revient sur ses vains efforts afin de convaincre Donald Trump de ne pas dénoncer l'accord international signé avec Téhéran sur le nucléaire, au risque d'acculer l'Iran à devenir une « nouvelle Corée du Nord », dit Emmanuel Macron à Time magazine.

Macron : une pure formalité

Emmanuel Macron « en Une » de Time, justement. Une consécration… ou presque. Car si ce magazine américain présente le président français comme « le prochain leader de l’Europe », le journal Le Parisien remarque que Time complète ce titre accrocheur d’un petit astérisque qui vient gâcher la fête : « (Macron prochain leader de l’Europe) à condition qu’il arrive à diriger la France ».

Sens commun : claquement de porte

En France, rien ne va plus à la tête du mouvement Sens commun, émanation de la « Manif pour tous ». Son président claque la porte. « Je démissionne de la présidence de Sens commun », annonce Christophe Billan dans Le Figaro, « Je veux recouvrer ma liberté de parole ».

Étant rappelé que Christophe Billan avait suscité une polémique en se déclarant prêt à collaborer, sous certaines conditions, avec l’ex-député du Front national Marion Maréchal-Le Pen, le désormais ex-président de Sens commun précise que « jamais, à titre personnel ou comme président de Sens commun (il n’a) tendu la main au Front national, qui constitue à (ses) yeux une impasse », mais qu’il a bien dit qu’il était prêt à « collaborer avec Marion Maréchal-Le Pen, à condition que cette dernière revienne en politique et qu’elle rompe avec le Front national ».

Et pour mieux relancer la boule, Christophe Billan de reprendre à son compte « une phrase du général de Gaulle » qui expliquait, rappelle-t-il dans Le Figaro, que « si la République est laïque, la France est chrétienne d'un point de vue culturel ».

Christophe Billan qui se réclame de de Gaulle ? Il n’est pas le seul. Et le journal Le Midi libre s’en offusque, qui dénonce « cette espèce de tentative de récupération politique aux relents du nostalgique « c'était mieux avant » si rassurant et si faux »…

Terrorisme : étrangère légion

En France encore, cette information relative à la récente opération antiterroriste menée en France : parmi les dix personnes interpelées, il y avait un ex-militaire. C’est le journal Le Parisien qui le révèle. Les enquêteurs ont notamment arrêté un « légionnaire déserteur ». Âgé de 65 ans, cet ancien militaire « converti » (à l’islam) a été interpellé à Menton, dans l’extrême sud-est de la France. Toujours en garde à vue, cet homme « aurait été servi dans l’armée de terre durant deux ans, entre 1981 et 83 avant de déserter ».

Le Parisien croit également savoir que l’enquête aurait permis d’identifier un « imam autoproclamé suisse de 28 ans, soupçonné d’être « le directeur religieux et opérationnel du groupe », qui évoquait « des projets d’actions violentes aux contours mal définis ». Toutefois, complète ce quotidien, « le nom de la ville de Nice revenait le plus souvent dans les échanges du groupe ».

Et puis pour être tout à fait complet, Le Parisien précise également qu’une « Colombienne de 23 ans, compagne de l’imam autoproclamé », a été arrêtée en Suisse, où elle est en garde à vue.

Taxis : du retard à l’allumage dans l’ubérisation

En France toujours, ce répit pour les aspirants chauffeurs de taxi de type VTC. Ils devaient passer un examen avant la fin de l’année. Ils auront un peu plus de temps pour le faire. L'échéance du 31 décembre pour obtenir le statut de chauffeur VTC « ne sera pas une date couperet », dit la ministre des Transports dans le journal Le Parisien. Elisabeth Borne promet d'appliquer la loi « avec pragmatisme ».

« Concrètement, nous demandons que chaque chauffeur ait engagé des démarches avant le 31 décembre (...). Ensuite, on se donne trois mois, jusqu'au 31 mars 2018, pour que tous les dossiers aboutissement. Au-delà, tous les chauffeurs devront être en règle », affirme Élisabeth Borne.