rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie/chimique: vote vendredi de l'ONU sur une prolongation d'un mois du mandat des enquêteurs (diplomates)
  • Le maire de Caracas, en fuite du Venezuela, va partir en Espagne (porte-parole)
  • Zimbabwe: la plupart des sections régionales du parti au pouvoir demandent à Mugabe de partir (TV d'Etat)
  • Syrie: 26 morts dans un attentat de l'EI contre des déplacés (OSDH)
Chronique des Matières Premières
rss itunes deezer

Du gaz pour propulser les porte-conteneurs du français CMA-CGM

Par Claire Fages

À l'occasion de la COP 23 à Bonn, l'armateur français CMA-CGM annonce que ses prochains porte-conteneurs seront propulsés au gaz naturel liquéfié (GNL) moins polluant que le fioul marin.

Du gaz à la place du fioul pour faire avancer les bateaux ? L'armateur français CMA-CGM vient de franchir le pas pour ses neuf prochains porte-conteneurs géants, qui seront construits en Chine d'ici 2020. Le moteur de ces monstres des mers portant plus de 20 000 conteneurs tournera au gaz naturel liquéfié, le GNL.
Le gaz est déjà présent dans le transport routier, les bus de ville en particulier. Mais le GNL en est à ses débuts dans le transport maritime.

De nouvelles normes de l'Organisation maritime internationale

À part les méthaniers, qui par nature ont été conçus pour livrer du gaz naturel liquéfié et qui utilisent ce GNL comme combustible, la quasi-totalité des bateaux navigue encore au fioul. Un fioul marin très polluant. Le remplacer par du gaz permet de réduire de 25% les émissions de CO2, de réduire de 85% les émissions d'oxyde d'azote et de 99% les émissions de soufre.
Une avancée pour l'environnement et le climat qui ne va pas de soi : l'investissement est élevé, la consommation de gaz aussi. Mais l'Organisation maritime internationale a divisé par dix les émissions de soufre autorisées dans les zones maritimes d'Europe et d'Amérique du Nord depuis 2015.

Un changement global vers le GNL

Les bateaux de croisière changent de motorisation : l'armateur américain Carnival et sa filiale italienne Costa, l'italo-suisse MSC Croisières font passer le cap à leurs nouveaux paquebots, livrés à partir de l'an prochain ils navigueront au gaz. Pour les ports européens, c'est à qui sera prêt le premier pour les ravitailler en GNL, il faut des barges de soutage que n'ont toujours pas ni Dunkerque ni Marseille, face à Zeebruges, Rotterdam et Barcelone, qui prennent de l'avance.
Les restrictions aux émissions de soufre vont s'étendre au monde entier d'ici trois à huit ans, les armateurs de porte-conteneurs comme CMA-CGM prennent les devants. Les armateurs de vraquiers également : un projet de navire alimenté en GNL est en bonne voie pour transporter le minerai de fer de l'Australie à la Chine. Il associe, bien sûr, les producteurs australiens de gaz!

La filière mondiale du cobalt néglige encore le travail des enfants de RDC

Pétrole: demi-succès des enchères sur les champs pré-salifères du Brésil

La nouvelle Route de la Soie ne fait pas bondir la demande en matières premières

Stabilité des prix des matières premières en 2018 selon la Banque mondiale

Fruits et légumes d’Egypte: un appétit croissant malgré les défis sanitaires