rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Chronique des Matières Premières
rss itunes deezer

La nouvelle Route de la Soie ne fait pas bondir la demande en matières premières

Par Claire Fages

La Chine vient d'inscrire sa nouvelle Route de la Soie dans la charte du Parti communiste au pouvoir. Mais pour l'heure, ce vaste projet d'infrastructures ne semble pas avoir beaucoup d'impact sur la demande de matières premières.

La nouvelle Route de la Soie ne fait pas bondir la demande en matières premières. « One Belt, One Road » (Une ceinture, une route) tel qu'a été rebaptisée l'initiative chinoise, est pourtant un projet d'infrastructures titanesque dans une cinquantaine de pays, puisqu'il s'agit de relier par voie terrestre et par voie maritime la Chine à l'Europe en passant par le Moyen-Orient et l'Afrique. Il faut poser des voies de chemin de fer dans la jungle du Laos, construire de rien des villes nouvelles comme Khorgos au Kazakhstan. Au Pakistan, il faut tripler la capacité de la route du Karakorum, le massif montagneux frontalier de la Chine, et transformer un simple port de pêche, Gwadar, en terminal portuaire en eau profonde...

Chute des ventes d’acier

Pourtant, rien de tel, souligne un analyste de Reuters. Les exportations chinoises de ciment et d'acier ont chuté d'un tiers sur les neuf premiers mois de l'année. Et les barres et billettes chinoises d'acier ne sont pas spécialement destinées aux pays traversés par ces nouvelles routes : le Pakistan a même reçu beaucoup moins d'acier cette année. Le premier pays acheteur d'acier chinois était en août la Corée du Sud, pas du tout, partie prenante du mégaprojet d'infrastructures.

Prises de participations chinoises plutôt que chantiers

Seuls 13% des investissements chinois à l'étranger ont été consacrés à la cinquantaine de pays qu'elle est supposée traverser, au cours des six premiers mois de l'année. Sur un total d'investissements chinois déjà en baisse de moitié.

La nouvelle Route de la Soie prend en réalité surtout la forme de participations chinoises au capital des entreprises d'infrastructures étrangères, ce qui n'est pas sans inquiéter les populations locales, du Pakistan au Sri Lanka.

La filière mondiale du cobalt néglige encore le travail des enfants de RDC

Pétrole: demi-succès des enchères sur les champs pré-salifères du Brésil

Stabilité des prix des matières premières en 2018 selon la Banque mondiale