rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité Afrique soir
rss itunes deezer

France/Burkina : «François Compaoré risque la réclusion criminelle à perpétuité»

Par Céline Pellarin

François Compaoré, frère de l'ancien président déchu burkinabè Blaise Compaoré, a été laissé libre ce lundi en France en attente de l'examen d'une demande d'extradition du Burkina Faso dans l'enquête sur l'assassinat d'un journaliste en 1998. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, a précisé son avocat. Malgré cette liberté, la défense de la famille Zongo espère que la procédure d'extradition ira au bout et que François Compaoré pourra répondre devant la justice burkinabè des faits qui lui sont reprochés : « incitation à assassinat ». On en parle avec Maître Prosper Farama, avocat de la famille Zongo.

« A ma connaissance, il n’a pas encore renoncé à la nationalité burkinabè, donc même s’il est Ivoirien, il demeure Burkinabè et de ce point de vue, juridiquement, je ne vois pas quel est l’obstacle qui ferait qu’il ne soit pas extradé dans l’un de ses pays d’origine et qui à mon sens est le pays de sa réelle nationalité. Pour moi, la nationalité qu’il a acquise en Côte d’Ivoire n’est qu’un subterfuge pour échapper à la justice. »

En ce qui concerne le chef d’inculpation pour incitation à assassinat, cela pourrait-il aboutir à une condamnation à la peine de mort ?

« A mon avis non. D’ailleurs il faut déjà retenir que cela fait près de 30 ans que la peine de mort n’est pas exécutée au Burkina (…) On ne peut pas craindre un seul instant que François Compaoré puisse risquer la peine de mort au Burkina Faso »

Parce que la France n’extrade personne vers des pays qui pratiquent la peine de mort comme c’est le cas au Burkina Faso même si le pays ne l’a pas appliquée depuis plusieurs décennies.

« Bien sûr, cela nous le comprenons assez bien. Mais pour nous jusqu’à présent, nulle part il est dit que François Compaoré était poursuivi pour une infraction qui lui devait une condamnation à la peine de mort au Burkina Faso. »

Pour ce chef d’inculpation, « incitation à assassinat » : François Compaoré peut s’attendre à quelle condamnation s’il est jugé au Burkina Faso ?

« Il risque la réclusion criminelle à perpétuité »

Donc la justice française n’a pas cet obstacle avéré du risque de la peine de mort dans le cas de François Compaoré pour l’extrader ?

« A mon avis non. Nous ne sommes pas dupes (…) nous sommes conscients qu’il y a des enjeux politico-diplomatiques qui peuvent se greffer à cette question mais nous espérons au nom de la justice que les autorités judiciaires françaises aussi bien que les autorités politiques mettront tout en œuvre pour que, tout simplement, François Compaoré comparaisse devant la justice burkinabè, parce qu’il serait dommageable pour l’image de la France qui est le pays des droits de l’homme, garantisse de l’impunité à quelqu’un qui est recherché pour un crime aussi grave que l’incitation à l’assassinat. »

Philippe Njaboué, chef de projet de l'association Alternative Cote d'Ivoire

Alexandra Bilak, directrice de l’IDMC: «Le déplacement interne a un impact humain»

Alhadji B.Nouhou: «Les Africains ne font que suivre l'opinion majoritaire de certains États Arabes»

Mali: «La protection des personnes atteintes d’albinisme doit être renforcée»

Conflit dans le Kasaï: le cri d'alarme de l'Unicef sur la situation des enfants

Côte d'Ivoire: crise postélectorale de 2011, des ONG dénoncent le projet d'amnistie

Nord du Mali: les alliances de Barkhane «contre-productives», pour André Marty

Burundi: «Large campagne d’intimidation pour ceux qui sont contre le référendum»

Mali: «Trois groupes armés locaux se retrouvent à l’intersection de combats»

«J’ai dit au président Kabila que j’étais inquiète du niveau de violence en RDC»

Opposition en Angola: «tout le monde est surpris par la vitesse du changement»

«La SADC a toujours choisi les crises dans lesquelles elle voulait s'impliquer»

Présidentielle en Algérie: l'appel du FLN à une 5e candidature de Bouteflika

Traçabilité des minerais: «Nous voulons plus de rigueur mais pour tous les pays»