rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Affaire Jamal Kashoggi: Bruno Le Maire déclare annuler sa visite à la conférence économique de Ryad
  • Aude: l'état de catastrophe naturelle a été reconnu dans 126 communes touchées par les inondations (Journal officiel)
Chronique des Matières Premières
rss itunes deezer

L'inexorable déclin du charbon américain

Par Anne Corpet

La Chronique des matières premières s’intéresse à la filière du charbon aux États-Unis.

« La guerre contre le charbon est terminée ». C’est ce qu’a déclaré Scott Pruitt, l’administrateur de l’Agence de la protection de l’environnement en annonçant sous les applaudissements de mineurs du Kentucky la signature de son projet d’abrogation du plan Obama sur la qualité de l’air.

Ce plan visait à réduire de 32 % d’ici 2030 par rapport à 2005 les émissions de gaz à effet de serre. Il devait conduire à la fermeture des centrales thermiques à charbon les plus anciennes et les plus polluantes du pays. Avec son abrogation, et conformément aux promesses électorales de Donald Trump, l’administration américaine espère une relance de l’activité minière. Mais rien n’est moins sûr.

Le gaz a détrôné le charbon

Le charbon, longtemps principale source d’énergie aux États-Unis, n’alimente plus que 30 % des centrales électriques du pays et est en constant déclin depuis dix ans. Trois centrales à charbon situées au Texas ont annoncé leur fermeture depuis début octobre, pour de seules raisons économiques. Le gaz a détrôné le charbon et s’est imposé pour la première fois en 2016 comme la première source d’énergie pour la production d’électricité.

Et selon les experts, cette transition énergétique se poursuivra, même si la législation se relâche en matière de protection de l’environnement. Une relance du minerai n’est envisagée que d’une manière épisodique en cas de forte et soudaine hausse du prix du gaz.

Quid de l’environnement

La question environnementale, même si elle est balayée par l’administration Trump, reste présente dans les esprits et les investisseurs en tiennent compte. American Electric Power a ainsi investi un milliard de dollars dans des projets liés à l’énergie renouvelable.

« L’abrogation du plan Obama ne changera pas notre stratégie », a déclaré Nick Akins, le patron de la compagnie avant de préciser : « nos actionnaires et nos clients souhaitent une énergie propre. »

Attirée par le blé russe, l'Algérie pourrait se détourner du blé français