rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité Afrique soir
rss itunes deezer

Mauritanie: «ce qui frappe dans le camp, c’est le désespoir des réfugiés»

Par Marie-Pierre Olphand

Au Mali, Bamako accueille (depuis ce jeudi) jusqu'à samedi une Conférence régionale de la Cédéao, sur la situation sécuritaire dans le Sahel en Afrique de l'Ouest. Une conférence qui se tient dans un contexte d'insécurité dégradée au nord et au centre du Mali. Cette situation empêche les réfugiés maliens de rentrer chez eux. La majorité d'entre eux sont accueillis depuis 2012 en Mauritanie dans le camp de Mbera qui accueille près de 52 000 réfugiés, selon les derniers chiffres du HCR le haut-commissariat aux réfugiés. Signe de l'insécurité qui règne au Mali, il y a eu cette année plus d'arrivées dans le camp que de retours volontaires au Mali. Comment vivent ces Maliens de l'autre côté de la frontière, comment cohabitent-ils avec les populations locales mauritaniennes ?

Pour répondre à ces questions Patrick Youssef notre invité. Il est le directeur régional adjoint pour l’Afrique du CICR, le Comité international de la Croix-Rouge, chef des opérations pour l’Afrique de l'Ouest, le lac Tchad et le Maghreb. Il rentre tout juste du camp de Mbera.

« Ce qui me frappe dans le camp de Mbera, en Mauritanie, c’est le niveau d’impatience et surtout le niveau de désespoir que les gens ont en vivant au quotidien. A chaque discussion avec les réfugiés ou les chefs de communauté, la chose qui ressort le plus c’est cette envie, cette grande volonté de rentrer à la maison, de retrouver sa famille, ses terres, mais effectivement aujourd’hui c’est un rêve lointain vu l’insécurité croissante au nord du Mali.

Je pense que l’on a affaire à une population qui réfléchit beaucoup, qui a un certain niveau intellectuel, et ne va pas se permettre de dire qu’elle veut rester dans un pays qui les a accueillis, mais qui, vu la situation, est là de manière temporaire. Je n’ai vraiment pas senti, ni entendu d’ailleurs qu’un des réfugiés souhaite rester à perpétuité dans une région où il est finalement visiteur.

Qu’est-ce qui différencie le camp de Mbera des autres camps que vous avez pu voir ?

« Sa particularité : c’est la sécurité et la prise en charge des réfugiés eux-mêmes, de la vie à l’intérieur de la division, de la structure et de l’organisation du camp. Je dirai aussi que ce qui est particulier, c’est le dialogue qui se fait entre le coordinateur du camp et les représentants des sections, les autorités, ainsi que les agences onusiennes qui coordonnent l'action humanitaire à l’intérieur du camp. »

Comment cet afflux est géré sur place, comment sont-ils accueillis par les communautés locales ?

« Cela fait 12 ans que je suis au CICR et j’ai rarement vu une population qui ouvre ses portes, qui donne même ses ressources extrêmement limitées et les partage avec la population de réfugiés. C’est aussi la proximité des tribus et des clans qui sont d’une part ou de l’autre de la frontière. En ce qui concerne la population autochtone, je dirai que la population à Bassikounou a quasiment doublé depuis 5 ans, il n’y a pas de tension. Mais effectivement les populations locales hôtes ont besoin de soutien et cherchent donc à combler ces besoins à travers les humanitaires, mais en demandant plus au gouvernement mauritanien. Il y a un gouverneur sur place qui est très conscient des enjeux et avec qui nous sommes en contact. Le CICR a depuis plusieurs années travaillé pour améliorer l’accès à l’eau potable à réhabiliter des stations de pompage (…)

L’amertume que je ressens des gens c’est celle de ne pas pouvoir rentrer aujourd’hui… Les autorités sur place ne parlent pas de retour comme un prérequis ce qui rassure les populations à l’intérieur du camp (…).Les autochtones étaient les premiers répondeurs à cette crise, à ouvrir les portes pour partager ce qu'ils ont. Donc non je n’ai pas entendu parler d’ultimatum, pas du tout. Il ne faut pas oublier les populations hôtes qui sont dans la même situation, si on les oublie cela veut dire que l’on créé un besoin accru là où il ne faut pas : les ressources normales naturelles sont aujourd’hui divisées entre les deux populations, l’eau, le bois réchauffé, etc. sinon cela affaiblit les deux communautés. Mon message c’est de ne pas oublier les autochtones, mais surtout, de ne pas oublier la population à Bassikounou.»

Philippe Njaboué, chef de projet de l'association Alternative Cote d'Ivoire

Alexandra Bilak, directrice de l’IDMC: «Le déplacement interne a un impact humain»

Alhadji B.Nouhou: «Les Africains ne font que suivre l'opinion majoritaire de certains États Arabes»

Mali: «La protection des personnes atteintes d’albinisme doit être renforcée»

Conflit dans le Kasaï: le cri d'alarme de l'Unicef sur la situation des enfants

Côte d'Ivoire: crise postélectorale de 2011, des ONG dénoncent le projet d'amnistie

Nord du Mali: les alliances de Barkhane «contre-productives», pour André Marty

Burundi: «Large campagne d’intimidation pour ceux qui sont contre le référendum»

Mali: «Trois groupes armés locaux se retrouvent à l’intersection de combats»

«J’ai dit au président Kabila que j’étais inquiète du niveau de violence en RDC»

Opposition en Angola: «tout le monde est surpris par la vitesse du changement»

«La SADC a toujours choisi les crises dans lesquelles elle voulait s'impliquer»

Présidentielle en Algérie: l'appel du FLN à une 5e candidature de Bouteflika

Traçabilité des minerais: «Nous voulons plus de rigueur mais pour tous les pays»