rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Bonjour l'Europe
rss itunes deezer

Union européenne: l'épineuse question du glyphosate

Par Laxmi Lota

Suite aux révélations des « Monsanto Papers », une audition publique avait lieu ce mercredi matin au Parlement européen à Bruxelles. Les « Monsanto Papers », ce sont ces documents internes au géant américain des pesticides, qui ont été rendus publics par la justice américaine en mars dernier. Ils révèlent que Monsanto manipulerait les études scientifiques sur le glyphosate, l’herbicide présent dans le Roundup. Or, l’Union européenne (UE) doit décider si elle renouvelle, ou non, la licence du glyphosate en Europe pour dix ans.

Plusieurs députés regrettent que cette audition n’ait pas permis d’y voir plus clair avec le glyphosate   : «   Nous voici au bout de 3h et demi de débats, et nous n’avons toujours pas avancé pour prendre une décision   », ont regretté plusieurs élus. De plus, le principal concerné, le groupe Monsanto, a tout simplement refusé de se rendre à cette audition et de s’expliquer devant l’assemblée.

Concernant l’herbicide glyphosate, l’Agence européenne pour la sécurité des aliments (EFSA), a conclu qu’il n’était pas cancérigène alors que l’OMS, l’Organisation mondiale de la santé affirme qu’il est un cancérigène probable. «   Pourquoi ces différences   ?   », questionne une eurodéputée qui ne sait plus à quelle étude se vouer.

Le mois dernier, des ONG ont révélé que l’agence européenne aurait «   copié-collé   » des conclusions d’une étude menée par Monsanto pour écrire son rapport final. «   C’est la procédure normale   », s’était défendu l’EFSA. «   L’EFSA se base sur des études effectuées par les industriels, dans lesquelles les conflits d’intérêts sont flagrants   », rajoute Martin Pigeon, de l’ONG CEO qui étude les lobbies.

Une commission d’enquête sur le glyphosate

Les députés socialistes Marc Tarabella et Eric Andrieu ont demandé une commission d’enquête, car selon eux, l’audition publique a soulevé « de nombreuses questions ». La commission d’enquête « devra lever les nombreuses zones d’ombre qui subsistent encore sur les responsabilités de l’entreprise Monsanto, des agences de contrôle ou encore de certaines institutions  », écrivent-ils.

Cette commission d’enquête a de bonnes chances d’aboutir : il faut le vote de 25% des eurodéputés pour qu’elle voit le jour et selon le groupe des Socialistes, d’autres groupements politiques suivront.

Fin de parcours pour le glyphosate ?

La prochaine réunion du Comité d’experts a lieu le 23 octobre. Normalement, les états membres doivent voter sur le renouvellement ou non de la licence de l’herbicide pour 10 ans, selon une proposition de la Commission. Ce vote a déjà été reporté à plusieurs reprises, faute d’accord entre les Vingt-Huit. La France, l’Autriche et l’Italie sont les seuls pays à avoir indiqué qu’ils voteraient non. L’Allemagne et le Luxembourg hésitent, le Danemark et la Suède seraient plutôt contre et les pays de l’Est pour. La licence du glyphosate expire, quant à elle, le 31 décembre.

Réfugiés: succès modéré pour le programme européen des relocalisations

Royaume-Uni: haro sur la gestion de la réforme des minima sociaux de Theresa May