rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Bonjour l'Europe
rss itunes deezer

Un congrès international de hackeurs à Prague

Par Alexis Rosenzweig

Prague abrite ce week-end un congrès international de hackeurs. Ce congrès est un rendez-vous où l’on parle bien sûr de piratage informatique et de cyberattaque, mais pas seulement.

De notre correspondant dans la capitale tchèque

Ce congrès international de hackeurs est d’abord un forum où diverses thématiques sont abordées, sous la forme de séminaires et de discussions. Cette année le thème central est la liberté financière et les différents moyens de contourner les circuits financiers traditionnels, comprenez les banques et les Etats, tout en protégeant les données personnelles et donc la vie privée.

La protection de la vie privée, enjeu majeur d'internet

La protection de la vie privée sur le web est le combat mené par beaucoup des intervenants ici à Prague. Certains se définissent comme des crypto-anarchistes qui visent notamment à protéger l’anonymat, l’intimité et la vie privée en ligne. Il y a donc beaucoup de débats et d’échanges sur les monnaies cryptographiques, qui permettent cet anonymat, et dont le bitcoin reste la plus connue aujourd’hui.

L’un des invités de marque du congrès ce week-end n’est autre qu’un des pionniers du bitcoin, Amir Taaki, décrit comme un guerrier anarchiste du web, et pas seulement du web d’ailleurs, car il a pris les armes aux côtés des Kurdes en Syrie. Lui se présente à visage découvert, mais d’autres célèbres hackeurs présents au Congrès ce week-end conservent leur anonymat et dissimulent leur visage derrière masques et lunettes de soleil.

Un institut de «crypto-anarchie»

C’est un rendez-vous organisé par Paralelni Polis, une plateforme avec pignon sur rue à Prague, montée par des activistes tchèques, un collectif entre art et militantisme médiatique qui s’était distingué il y a quelques années en simulant une explosion nucléaire dans le programme télévisé quotidien qui proposait des images en direct de la campagne.

Plusieurs membres de ce collectif ont fondé ce qui s’appelle aujourd’hui l’Institut de crypto-anarchie, un lieu de rencontre, pas seulement pour hackeurs et pirates informatiques, où on paye son café en bitcoin. C’est déjà le quatrième congrès international qu’ils organisent et c’est à guichets fermés, tous les billets ont été vendus le mois dernier déjà, le dernier pour un bitcoin, ce qui représente la modique somme de  4 000 euros environ!

Réfugiés: succès modéré pour le programme européen des relocalisations

Royaume-Uni: haro sur la gestion de la réforme des minima sociaux de Theresa May

Frictions entre le groupe aéronautique Airbus et le gouvernement autrichien