rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité Afrique soir
rss itunes deezer

Mort du khalife des Tidjanes: «on l’appelait Al Amine, le digne de confiance»

Par Lou Garçon

Au Sénégal, le khalife général des Tidjanes, Serigne Abdou Aziz Sy « Al Amine », est décédé vendredi matin à l’âge de 90 ans, 6 mois seulement après avoir pris la tête de cette famille religieuse. Des milliers de Sénégalais se sont retrouvés dès la mi-journée à Tivaouane, la cité religieuse des Tidjanes, pour rendre un dernier hommage au leader religieux de la confrérie la plus importante du Sénégal, en nombre de fidèles. Le président Macky Sall a témoigné de son estime pour cette personnalité qui a incarné, « le dialogue et le respect mutuel », selon les mots du président. Bakary Sambe, enseignant chercheur à l'université Gaston Berger de Saint-Louis au Sénégal, dirigeant du Timbuktu Institut, est l'invité Afrique soir de RFI.

« Celui qui était devenu khalife, il y a 6 mois, était comme inscrit comme dans une forme de continuité d’une mission qu’il avait entamée à l’âge de 17 ans comme étant l’intendant et le secteur particulier de son père, khalife de la tidjaniya. De sorte que dans la confrérie tidjaniya, de manière générale, la communauté était habituée à sa présence. Et je pense qu’aujourd’hui que c’est véritablement une grande perte pour la confrérie jamais enregistrée, si j’ose dire, mais qui va véritablement représenter un tournant dans la vie de la confrérie et de la Hadra et de la Zaouia Tidjaniya (...). Dans la confrérie on l’appelait Al Amine, c’est-à-dire le digne de confiance… »

UNICEF: baisser le taux de mortalité néonatale, une «question de volonté politique»

«L’important pour le MDC est de proposer quelque chose de constructif pour le Zimbabwe»

Afrique du Sud: Cyril Ramaphosa a «une légitimité historique incontestable»

Guerre d'Algérie: indemnisation des victimes algériennes, «une avancée majeure»

Ethiopie: «la question des frontières n'a pas été définitivement résolue»

«Il y a une volonté de la Turquie de s’implanter sur le continent africain»

RDC: «Goma est une ville touristique, elle donne beaucoup d’opportunités»

Partenariat mondial pour l’éducation: «La bataille de l’éducation pour tous n’est pas encore gagnée»

«La France doit avoir une perspective beaucoup plus large dans le traitement du Maghreb»

RDC: «La Céni était d’accord et souhaitait ce groupe d’experts internationaux»

«La Tunisie ne sera plus considérée comme un paradis fiscal mais restera observée par l’UE»

«Les problèmes sont d’ordre institutionnel en Algérie et économique au Maroc»