rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Macron sur l'Allemagne: la France n'a «pas intérêt à ce que ça se crispe»
  • Le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d'un mandat d'arrêt international, attendu jeudi en Russie (Kremlin)
  • Dopage dans le cyclisme: Bernard Sainz, surnommé «docteur Mabuse», placé en garde à vue (proche enquête)
  • Ordonnances: pour Philippe Martinez (CGT), une cinquième manifestation contre la réforme du Code du travail n'est «pas exclue» (CNews)
  • Kenya: la Cour suprême rejette les recours à l'unanimité et valide la réélection d'Uhuru Kenyatta
  • Environ 300 femmes et enfants de jihadistes étrangers capturés à Mossoul transférés vers Bagdad (responsable)
  • Etats-Unis: le tueur psychopathe américain Charles Manson est mort à l'âge de 83 ans (médias)
  • Migrations: la France va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye par le HCR (Ofpra)
  • Auchan s'allie au géant chinois du commerce électronique Alibaba pour développer le commerce physique et numérique en Chine
  • La chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini juge «très encourageantes» les discussions sur le retour des réfugiés rohingyas
Chronique des Matières Premières
rss itunes deezer

Quel papier pour les livres de la rentrée littéraire?

Par Claire Fages

Moment fort de l'édition en France, la rentrée littéraire consomme aussi beaucoup de papier et il provient de pays de plus en plus lointains, dont le Brésil. Une économie pour la filière, mais un coût social, financier et environnemental, chiffré dans un rapport de Basic.

L'édition française va chercher son papier de plus en plus loin pour sa rentrée littéraire. Pour fabriquer les quelque 65 millions de livres qu'elles comptent vendre d'ici Noël, les maisons d'édition, de moins en moins nombreuses et de plus en plus concurrentes, veulent réduire leurs coûts. Non seulement l'impression est délocalisée pour ce qui est des romans, en Italie, au Portugal et en Europe de l'Est.

Mais plus de la moitié du papier «non couché» utilisé pour ce type de livres est fabriqué hors de France. Quand il l'est encore, c'est la pâte à papier, qui est au deux tiers, importés. Du Portugal et d'Europe du Nord, mais de plus en plus du Chili, d'Uruguay et surtout du Brésil, devenu le premier fournisseur mondial de cette pâte à papier dite « marchande », parce qu'elle voyage d'un pays à l'autre.

Le modèle est économique pour la filière de l'édition française, qui parvient à réaliser des profits de 70 millions d'euros sur le livre «noir» de type roman, mais les coûts sociaux et environnementaux pèsent les trois quarts de cette somme, ont calculé les auteurs de Basic. Des coûts qui ne sont pas supportés par la filière, mais par la collectivité en France ou au Brésil, en termes de subventions, d'emplois supprimés, de consommation d'eau ou de pollution.

Un bilan aggravé par le gaspillage croissant en bout de chaîne puisque 25% des livres, les invendus, sont mis au pilon en France et qu'ils ne sont pas recyclés. L'édition exige pour ses romans un papier blanc. Le papier recyclé suffisamment blanc part dans les mouchoirs et autres papiers d'hygiène. Le rapport invite les éditeurs et les lecteurs à s'accommoder d'un papier un peu plus gris sur les étals des librairies.

Mais également à se soucier davantage pour la fibre de papier vierge, de la certification des forêts d'où elle est issue. Car les liseuses électroniques ne sont pas non plus la panacée, elles prélèvent aussi beaucoup de matières premières du sous-sol, consomment de l'énergie et leur obsolescence est beaucoup plus rapide que celle d'un bon vieux livre.

La filière mondiale du cobalt néglige encore le travail des enfants de RDC

Pétrole: demi-succès des enchères sur les champs pré-salifères du Brésil

La nouvelle Route de la Soie ne fait pas bondir la demande en matières premières

Stabilité des prix des matières premières en 2018 selon la Banque mondiale