rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Revue de presse française
rss itunes deezer

A la Une: Corée du Nord, l’ONU sonne l’alarme

Par Norbert Navarro

Antonio Guterres se dit « très inquiet » au sujet de la crise avec la Corée du Nord, c’est « la plus grave que nous ayons eu à traiter depuis des années », confesse-t-il au Journal du Dimanche. Dans cet entretien, le secrétaire général des Nations unies évoque des conflits qui ont démarré par une « escalade » provoquée par des « somnambules ».

Irlande : les menaces du Brexit

Que va devenir l’Irlande après le Brexit ? Cette question, l’hebdomadaire Le Figaro Magazine est allé la poser en Irlande du Nord, « qui vit un moment particulièrement difficile. Dans l’impasse politique depuis la chute au mois de janvier dernier, du précédent gouvernement autonome (…) la province ne sait toujours pas comment répondre à l’incertitude qui pèse sur les conséquences du Brexit », énonce Le Figaro Magazine.

Les frontières vont-elles être rétablies entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord ? En principe la liberté de circulation entre la Grande Bretagne et l’Union européenne prendra fin en mars 2019, rappelle cet hebdomadaire, « mais, si aucune frontière physique ne devrait être rétablie entre l’Irlande, membre de l’UE, et le Royaume-Uni, le plus grand flou règne ». À Dublin, le Premier ministre irlandais a dit qu’il ne pouvait « pas imaginer autre chose que de bâtir des ponts et non des frontières entre son pays et l’Irlande du Nord », rappelle ce journal ; sur place, « l’idée même d’une entrave, même symbolique, entre les deux Irlande, est insupportable ».

Affaire Grégory : l’étau se resserre

Selon un rapport de gendarmerie, Bernard Laroche est l'auteur de l'enlèvement du petit Grégory en 1984. Etant rappelé que Bernard Laroche avait été le premier suspect de l'affaire avant d'être libéré en 1985 puis tué par son cousin Jean-Marie Villemin, père de Grégory, et qu’il est soupçonné d’avoir été aperçu avec le petit Grégory dans sa voiture en compagnie de sa cousine Murielle Bolle, « nous pouvons affirmer que Bernard Laroche est l'auteur de l'enlèvement de Grégory », écrivent les experts du département sciences de l'analyse criminelle de la gendarmerie dans un rapport de 48 pages daté du 10 mai 2017 consulté par Le JDD.

Ces experts s'appuient sur de « nouveaux recoupements » et sur des « témoignages oubliés, exhumés du dossier judiciaire », énonce cet hebdomadaire. Parmi ces témoignages, celui de « l'amant d'une fermière » du village de Lépanges, qui a certifié « avoir vu Laroche « et une rouquine » (Murielle Bolle a les cheveux roux) s'approcher de chez les Villemin l'après-midi du crime », signale Le JDD. Selon ce même rapport, l'assassinat de l'enfant qui a suivi a été commis par une « deuxième équipe », complète Le Journal du Dimanche.

Radicalisation : Collomb veut faire le ménage

Que faire des fonctionnaires radicalisés en France ? Le ministre de l’Intérieur a son idée : il souhaite pouvoir les muter et les radier. Gérard Collomb le dit au Parisien Dimanche. Il le souhaite lorsque qu’un fonctionnaire convaincu de radicalisation exerce des missions de sécurité, ce qui n’est pas possible en droit aujourd’hui. Mais cette mesure devrait prendre place dans le projet de loi antiterroriste qui doit être examiné par les députés en octobre. Elle concernera « les policiers, les gendarmes, les militaires, les douaniers et le personnel pénitentiaire », précise le ministre de l’Intérieur.

LR : la droite centriste

En politique, c’est aujourd’hui que Valérie Pécresse lance son mouvement à droite, forte du soutien de soixante-quinze personnalités de droite que Valérie Pécresse lance aujourd’hui le mouvement « Libres ! ». Dans une tribune publiée par Le Journal du Dimanche, ces personnalités de droite se disent « déterminé(e)s » à proposer une droite « positive, ferme, sociale et réformatrice » au sein du parti Les Républicains et de se démarquer de la ligne droitière de Laurent Wauquiez.
   
LREM : députée-tour-operator

Une députée La République en marche qui organise des visites à l’Assemblée nationale. Des visites payantes… C’est l’hebdomadaire Marianne qui le révèle, Pascale Fontanel-Personne, député de la Sarthe, est également présidente d’une entreprise de voyages touristiques. Son site, « Access Tour Le Mans » (c’est le nom de cette entreprise), « propose aujourd’hui des excursions l’assemblée nationale pour le prix de 119 €… en présence de la députée, bien sûr », énonce ce magazine. « Le hic, c'est que Pascale Fontenel-Personne a fait de l'exercice civique un business, puisque sa présence est utilisée comme argument de vente par son entreprise. Laquelle encaisse tout de même 119 euros par personne pour une visite qui ne lui coûte rien ». Jointe par Marianne, la députée se défend en arguant que ces visites étaient déjà organisées avant son élection. « Mon entreprise ne va pas s’arrêter de fonctionner parce que je suis députée », lance-t-elle à ce journal. La déontologue de l’Assemblée nationale a été saisie de cette affaire.

Macron : confidences de campagne

En politique encore, l’événement littéraire de la semaine et la sortie du livre du romancier Philippe Besson qui a suivi la campagne électorale d’Emmanuel Macron, et dans lequel on découvre que ce dernier a la dent dure avec ses adversaires politiques. Intitulé « Un personnage de roman », ce livre, lu par le magazine L’Obs, cite quelques saillies du futur président durant la campagne électorale. Et certains en prennent pour leur grade. Les éditorialistes ? « Il y en a qui sont à la déontologie ce que mère Teresa était aux stups », dit Emmanuel Macron. Les intellectuels ? « Ils sont dans les vieux schémas (…) Pour une large part d’entre eux, ça fait longtemps qu’ils n’ont pas produit quelque chose de renversant. (…) Ils sont devenus des éditorialistes », déclare encore Emmanuel Macron à Philippe Besson, peut-on lire dans L’Obs.

Et puis il y a le personnel politique. François Hollande ? « C’est un nihiliste. Chez lui pas de mystère, pas de verticalité, tout se vaut. Je pense qu’il devait renoncer à se présenter. Pour lui. Pour le pays ». Alain Juppé ? « Il n’a pas d’idées neuves. Au fond c’est un technicien, pas en politique ». François Bayrou ? « Il était ministre de Balladur, lequel obéissait à tant d'intérêts financiers. Il n’a pas démissionné que je sache ». François Fillon ? « C’est un bourgeois de province du 19e siècle ». Manuel Valls ? « Je ne crois pas en sa sincérité : ai-je tort ? », se demande le futur président cité par L’Obs. Le livre de Philippe Besson est publié chez Julliard.