rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
La marche du monde
rss itunes deezer

Enfances au goulag

Par Valérie Nivelon

De 1939 jusqu'au milieu des années 1950, près d'un million d'Européens sont déportés en URSS dans les camps de travail ou dans les villages isolés du Grand Nord soviétique, de la Sibérie et des steppes kazakhes. Les enfants ne sont pas épargnés. S'ils survivent au travail forcé, à la violence et à la faim, ils voient leurs proches mourir et doivent se débrouiller sans relâche pour survivre.
Au son des Archives sonores du goulag*, nous vous proposons d'écouter le témoignage inédit de Juliana Zarchi dont nous diffusons pour la première fois le récit de vie à l'occasion de la sortie du livre bouleversant, iconoclaste et novateur Enfants du goulag.
Mais quel regard singulier portent les enfants sur la déportation?

En partenariat avec les éditions Belin

Invitées: L'historienne Marta Craveri et l'anthropologue Anne-Marie Losonczy, co-auteures du livre «Enfants du Goulag» aux éditions Belin, collection Contemporaines.

Grand témoin: Juliana Zarchi, née à Kaunas en Lituanie en 1938. Déportée en 1944 avec sa mère au Tadjikistan pendant 17 ans. 

* ARCHIVES SONORES-MÉMOIRES EUROPÉENNES DU GOULAG © CNRS/RFI : 
Les archives sonores du goulag sont le fruit d’une enquête sans précédent, menée par une équipe de 13 chercheurs de huit nationalités différentes, coordonnée par le CERCEC (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen, CNRS/EHESS) en collaboration avec RFI. Plus de 160 témoignages, soit 300 heures de son dans 11 langues, ont été recueillis en Europe Centrale et Orientale, également au Kazakhstan et en Sibérie, entre 2008 et 2010. Ces archives sont nées de la volonté commune d’Alain Blum, Marta Craveri, tous deux chercheurs au CERCEC et Valérie Nivelon (RFI) de permettre aux survivants européens de la répression soviétique de témoigner. 

Juliana Zarchi (premier rang, au centre), en 1949, avec ses camarades de classe en déportation au Tadjikistan. © Collection part. Juliana Zarchi

«Noire est notre cause»: le festival de Dakar 66 ou la négritude épanouie (3)

«Noire est notre cause»: Paris 56, les intellectuels définissent leur rôle dans les indépendances (2)

Série «Noire est notre cause»: génération nègre ou la genèse de Présence Africaine (1)