rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
7 milliards de voisins
rss itunes deezer

La charge mentale: tâche domestique invisible des mères débordées?

Par Emmanuelle Bastide

Bien que la répartition des charges soit de plus en plus équilibrée dans le couple, les mères assument également une tâche invisible qu’on appelle « charge mentale » qui consiste à penser à tout : aux prochaines vacances, aux vaccins, aux rendez-vous chez le pédiatre, etc.

- Béatrice Kammerer, diplômée en sciences de l’éducation, fondatrice du site participatif d’éducation populaire aux questions de parentalité «Les vendredis Intellos». Mère de cinq enfants et auteure de Comment éviter de se fâcher avec la terre entière en devenant parent ? (Editions Belin)

- Olivia Moore, humoriste et auteure de Sois mère et tais toi ! (Editions Tut-tut), productrice et comédienne dans le spectacle «Mère indigne".

- Emma, bloggeuse féministe à l’origine de la bande dessinée sur la charge mentale qui est devenue virale sur Facebook et les réseaux sociaux. Auteur de Un autre regard (Massot éditions).

Et le reportage de Philippine Lebret. Avec la fin des vacances et l'approche de la rentrée, la liste des choses à faire ne cesse de s'allonger : achat des fournitures, inscription à la garderie, choix des activités extra-scolaires... Dorothée, mère de 4 enfants, ne sait plus où donner de la tête. Elle est aussi vendeuse, à temps plein, pour une marque de prêt-à-porter... et quand Philippine Le Bret l'a rencontrée, elle profitait de son jour de repos pour ranger intégralement la chambre de ses deux aînés.

Vous pouvez également écouter le reportage de Lou Garçon sur les mamans débordées à Dakar.

La communauté Yaay permet à ces femmes de se conseiller sur leur rôle de mère et de femme.

Nounous: qui sont ces femmes à qui nous confions nos biens les plus précieux?

La scolarisation des petits enfants en maternelle de 3 à 6 ans: une spécificité française?